Suisse: Climat de consommation toujours morose
Publié

SuisseClimat de consommation toujours morose

Selon le Secrétariat à l'économie, l'indice du climat de consommation est en-dessous de la moyenne.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Les ménages suisses peinent toujours à afficher davantage de confiance. L'indice du climat de consommation produit par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a continué de stagner en juillet, évoluant sous sa moyenne pluriannuelle depuis cinq trimestres maintenant.

Le climat de consommation reste morose en Suisse, constate d'emblée le SECO en publiant jeudi la dernière livraison de son indicateur trimestriel. Ce dernier est demeuré fixé à -15 points le mois passé, soit au même niveau relevé en avril. Pour rappel, sa moyenne pluriannuelle se situe à -9 points.

Incertitude ambiante

L'enquête, menée auprès de 1200 ménages choisis au hasard, montre des consommateurs emprisonnés dans le climat d'incertitude ambiant. Sa publication intervient alors que les instituts de prévisions conjoncturelles ont récemment revu à la baisse leurs anticipations après le vote britannique de sortie de l'Union européenne (UE).

En effet, la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse est désormais attendue aux alentours de 1% en moyenne pour cette année, soit un ou deux dixièmes de point de moins que précédemment. En 2017, ce taux devrait s'accélérer sans pour autant excéder 1,5%, en l'état.

Du mieux pour le chômage

Dans le détail, les ménages questionnés par l'institut d'étude de marché lucernois Demoscope, sur mandat du SECO, appréhendent toujours de manière relativement pessimiste la situation économique générale. Le sous-indice y relatif a ainsi reculé de -27 points en avril à -30 points en juillet.

Tout n'est pas cependant morose. La perception de l'évolution à venir du chômage s'est légèrement améliorée de neuf points en l'espace de trois mois. Les attentes des ménages concernant l'évolution de leur situation financière n'a quant à elle pratiquement pas bougé (de 1 point en avril à -2 points en juillet).

Pas de gros achats

Les consommateurs jugeaient toutefois moins probable en juillet de pouvoir mettre de l'argent de côté au cours des douze prochains mois, avec une contraction de 7 points du sous-indice. Par ailleurs, ils se montrent moins optimistes quant à leur capacité du moment d'épargner (-8 points).

Enfin, les ménages estimaient le mois dernier moins opportun de procéder à des achats d'ampleur ( 1 point contre 0 point en avril). L'acte impulsif de consommation, pour une voiture ou un téléviseur par exemple, n'est en tout cas pas stimulé par un environnement porteur.

Prix plus inquiétants

L'évolution des prix, passée et future, est pour sa part jugée «nettement plus importante» qu'antérieurement. Le sous-indice concernant le développement des prix au cours des douze derniers moins a augmenté de 10 points. Une hausse de la même ampleur a été relevée pour l'évolution attendue.

Les deux sous-indices demeurent néanmoins nettement inférieurs à leur moyenne pluriannuelle respective. Il faut dire que l'économie suisse vit depuis de nombreux mois maintenant avec un taux d'inflation négatif.

(ats)

Votre opinion