Publié

BASKETBALLClint Capela: «Ma cote a grimpé match après match»

A un mois de la draft NBA à Brooklyn, Clint Capela revient sur son excellente saison en France et sa volonté de tenter l'aventure aux États-Unis.

par
Simon Vuille
Clint Capela veut «utiliser son buzz» pour franchir la porte de la NBA dès la saison prochaine.

Clint Capela veut «utiliser son buzz» pour franchir la porte de la NBA dès la saison prochaine.

AFP

Clint Capela, quel est votre programme d'ici la draft NBA (le 26 juin) ?

Actuellement, je m'entraîne à Dallas avec un coach personnel. A la fin de la semaine prochaine, je vais participer aux « workout » mis en place pour les futurs joueurs qui se présentent à la draft. C'est-à-dire que je vais faire le tour des États-Unis et passer 2-3 jours avec différentes équipes, cela pour permettre aux équipes qui sont intéressées par mon profil de me tester.

Est-ce que vous avez une destination rêvée pour vos débuts en NBA ?

Honnêtement, ça m'est complètement égal. Mon but, c'est de faire partie de la grande ligue.

Vous vous présentez à la draft à tout juste 20 ans après une excellente saison en France (meilleur jeune et meilleur progression de la Pro A) : ça a été une décision difficile à prendre ?

Pas tellement non. Vu la saison que j'ai fait à Chalon, je n'ai pas hésité. J'utilise mon buzz pour continuer sur cette vague positive et essayer d'atteindre rapidement mes objectifs. Au début de la saison, je m'attendais pas à avoir autant temps de jeu en Pro A. Mais avec le changement de coach, tout s'est accéléré. Ma cote a augmenté très vite. (ndlr : Capela a régulièrement figuré dans les 15 premiers de la Mock Draft qui donnent les pronostics pour la draft du 26 juin).

De la Pro A française à la meilleure ligue du monde : quelles sont les étapes à franchir ?

Au niveau athlétique, déjà, il y a une énorme différence. Les gabarits des joueurs sont impressionnants. Mais au niveau tactique aussi, ce n'est pas la même histoire. Par exemple, les joueurs sont moins patients dans les prises de décision, il y a plus de contre-attaque.

Quels sont les points forts qui font que vous semblez prêt à devenir le deuxième suisse à forcer les portes de la NBA ?

D'abord, c'est mes qualités athlétiques justement : j'ai des bonnes cannes (lisez jambes) et un bon toucher de balle. J'ai aussi une bonne capacité à lire le jeu et à me placer juste pour prendre les rebonds.

Et les points sur lesquels vous devez encore travailler ?

Pour l'instant, je marque surtout près du panier. Je dois encore travailler mon jeu poste bas et je fais, en ce moment, beaucoup d'efforts pour améliorer mon shoot à mi-distance.

Ton opinion