Etats-Unis: Clinton évacuée des commémorations
Actualisé

Etats-UnisClinton évacuée des commémorations

Le pays a commémoré le 15e anniversaire des attentats du 11-Septembre à New York.

1 / 11
Les appels à l'unité se sont multipliés au quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, traumatisme encore présent dans tous les esprits. (Dimanche 11 septembre 2016)

Les appels à l'unité se sont multipliés au quinzième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, traumatisme encore présent dans tous les esprits. (Dimanche 11 septembre 2016)

L'ex-président George W. Bush a assisté dans la soirée à un match de football américain entre les Dallas Cowboys et les New York Giants, participant à l'ouverture du match avec deux policiers qui étaient à Ground Zero le 11 septembre 2001.  (Dimanche 11 septembre 2016)

L'ex-président George W. Bush a assisté dans la soirée à un match de football américain entre les Dallas Cowboys et les New York Giants, participant à l'ouverture du match avec deux policiers qui étaient à Ground Zero le 11 septembre 2001. (Dimanche 11 septembre 2016)

Les pompiers de Jersey City honorent les disparus du Waterfront. (Dimanche 11 septembre 2016)

Les pompiers de Jersey City honorent les disparus du Waterfront. (Dimanche 11 septembre 2016)

Les candidats à la présidentielle Hillary Clinton et Donald Trump assistaient à la cérémonie au mémorial des attentats, avec des policiers et des proches des victimes. Une cérémonie est également prévue dimanche matin au Pentagone à Washington, en présence du président Barack Obama.

Près de 3000 personnes sont mortes dans les attaques perpétrées par 19 extrémistes d'Al-Qaïda au moyen d'avions de ligne détournés et précipités sur les tours du World Trade Center à New York, sur le Pentagone près de Washington et dans la campagne de Pennsylvanie à Shanksville.

Quelque 75'000 personnes souffrent toujours aujourd'hui de troubles mentaux et physiques liés à ces attaques, dont de nombreux urgentistes ayant respiré des particules cancérigènes en tentant de sauver des vies.

Malaise de Clinton

La candidate démocrate Hillary Clinton a été victime dimanche d'un malaise. Celui-ci a été provoqué par la chaleur alors qu'elle assistait aux commémorations.

Hillary Clinton a été contrainte de quitter les cérémonies, a précisé son équipe de campagne dans un communiqué, afin d'aller se reposer dans l'appartement de sa fille.

La candidate démocrate se «sent beaucoup mieux» désormais, précise le communiqué.

Discours d'Obama

Le président américain Barack Obama a affirmé dimanche que la diversité était la «force» de l'Amérique. Il a appelé à ne pas céder aux «terroristes» dont l'objectif est de diviser le pays.

«Al-Qaïda ou le groupe Etat islamique savent qu'il ne pourront jamais vaincre une nation aussi forte que l'Amérique, alors ils essaient de terroriser en espérant que la peur nous dressera les uns contre les autres», a déclaré M. Obama, depuis le Pentagone, l'une des cibles des attentats qui ont fait près de 3000 morts.

«C'est pourquoi il est important aujourd'hui de réaffirmer qui nous sommes en tant que nation(...)car nous savons que notre diversité n'est pas une faiblesse, elle est et restera toujours l'une de nos principales forces», a-t-il poursuivi.

«La menace a évolué»

Dans une allusion indirecte aux propositions controversées du candidat républicain Donald Trump, M. Obama a rappelé que des gens «venus de tous les coins du monde, de toutes couleurs, de toutes religions» avaient fait de l'Amérique ce qu'elle est aujourd'hui.

Le président américain a, à plusieurs reprises, dénoncé avec force la rhétorique du candidat républicain à la Maison Blanche. Dans la foulée de la fusillade de San Bernardino (Californie) en décembre dernier, le milliardaire avait proposé d'interdire temporairement l'entrée sur territoire américain de tous les musulmans.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, «la menace a évolué», a encore dit le président américain.

«Les terroristes essayent souvent de mener des attaques à plus petite échelle mais qui restent meurtrières», a-t-il ajouté, évoquant les attentats de Boston, San Bernardino ou Orlando.

A 10h46, heure à laquelle le premier avion de ligne détourné a percuté l'une des deux tours du World Trade Center (WTC) à New York, le président américain avait observé, à l'abri des caméras, une minute de silence depuis le Bureau ovale.

(ats)

Votre opinion