Publié

ColèreClooney refuse les excuses du «Daily Mail»

L'acteur américain a refusé vendredi les excuses présentées par le quotidien britannique au sujet d'informations «montées de toutes pièces» concernant sa future belle-mère.

George Clooney est très remonté contre le Daily Mail.

George Clooney est très remonté contre le Daily Mail.

Keystone

Le Daily Mail affirmait que la mère d'Amal Alamuddin, la fiancée de George Clooney, s'opposait à leur mariage pour des raisons religieuses.

«Le Daily Mail a publié des excuses parce qu'il insinuait que des tensions religieuses existaient, alors qu'il n'en est rien», écrit George Clooney dans USA Today. Le Daily Mail avait en effet présenté ses excuses pour un article sur l'«opposition» supposée de la mère de sa fiancée à leur mariage pour des raisons religieuses. Or, expliquait mercredi George Clooney, la mère d'Amal, qui est une avocate britannique née au Liban, «n'est pas druze (une branche hétérodoxe de l'islam, ndlr). Elle n'est pas allée à Beyrouth depuis que je fréquente Amal, et elle n'est en aucune manière opposée au mariage».

Clooney ne décolère pas

Mais la mise au point et la suppression de l'article incriminé par le Daily Mail n'ont pas suffi à l'acteur qui, dans sa lettre ouverte à USA Today, ne décolère pas.

«Dans ses excuses, le directeur de la publication Charles Garside assure que l'article +n'a pas été monté de toutes pièces+, et qu'il se base sur des +entretiens avec de hauts responsables de la communauté libanaise+», explique-t-il.

«Le problème est que rien de cela n'est vrai. L'article ne cite pas ces sources-là et insiste à la place à quatre reprises pour dire qu'un +ami de la famille+ a parlé au Mail. Un +ami de la famille+ était la source. Donc, soit ils ont menti au tout début, soit ils mentent maintenant», conclut-il.

Amal Alamuddin, 36 ans, est née au Liban et a émigré au Royaume-Uni avec sa famille à l'âge de trois ans au moment de la guerre civile (1975-1990).

Le magazine People avait révélé en avril ses fiançailles avec George Clooney, mettant le Liban en effervescence.

(AFP)

Votre opinion