28.11.2014 à 08:56

TourismeClub Med espère retrouver les chiffres noirs en 2015

Le Club Méditerranée a publié vendredi une nouvelle perte nette de 9 millions d'euros (10,8 millions de francs) sur l'exercice 2013-2014.

Le Club Méditerranée affiche une perte de 10,8 millions de francs pour l'exercice 2013-2014.

Le Club Méditerranée affiche une perte de 10,8 millions de francs pour l'exercice 2013-2014.

AFP

Le groupe français de tourisme a maintenu sa rentabilité opérationnelle et entend renouer avec «un résultat net positif» en 2015.

La perte nette s'explique par des «facteurs exceptionnels» dont 13 millions d'euros de coûts de fermetures de villages, indique le groupe au célèbre trident dans son communiqué d'annonce de résultats.

Club Med table pour 2015 sur une baisse des coûts de fermetures de villages et sur une diminution des intérêts de la dette et des frais d'OPA. «En conséquence, le résultat net devrait être positif en 2015, hors dégradation supplémentaire de l'environnement», prévoit-il.

Le groupe, qui fait l'objet d'une interminable bataille d'OPA, a vu son chiffre d'affaires annuel reculer de 1,9% à 1,38 milliard d'euros au cours de l'exercice 2013-2014 clos fin octobre. Il a souffert de la crise économique en Europe et des troubles géopolitiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et a réduit ses capacités d'accueil de 2,1% au niveau mondial sur l'exercice.

Double stratégie

Toutefois, la progression de la rentabilité des zones Amériques et Asie a «pratiquement compensé le recul de la zone Europe-Afrique», souligne Club Med.

Le groupe mène depuis une décennie une double stratégie de montée en gamme et d'internationalisation. Le Club Méditerranée a «accéléré le recrutement de nouveaux clients en provenance des pays à croissance rapide», a souligné son PDG, Henri Giscard d'Estaing. Ces clients ont compensé en 2014 la baisse des clientèles française et belge.

Le nombre total de clients est resté stable en 2014 à 1,23 million. Côté perspectives, les réservations ont plongé de 18,8% en Europe-Afrique au cours des huit dernières semaines à cause du «contexte géopolitique et sanitaire» (dont Ebola). Mais en cumulées pour l'hiver, elles progressent de 2,7% au niveau mondial.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!