Pandémie - Clusters à Genève: la démonstration de Mauro Poggia

Publié

PandémieClusters à Genève: la démonstration de Mauro Poggia

Le Covid-19 détecté dans deux discothèques se retrouve dans deux EMS et trois crèches… Le chef du Département de la santé insiste une fois encore sur la nécessité de se faire vacciner.

par
Eric Felley
Pour Mauro Poggia, les tests sont insatisfaisants et révèlent «une photo floue à un instant donné».

Pour Mauro Poggia, les tests sont insatisfaisants et révèlent «une photo floue à un instant donné».

RTS

Si l’on avait besoin d’une démonstration sur la vitesse à laquelle le virus se propage, les deux exemples publiés lundi par le chef de la Santé genevoise, Mauro Poggia, sont particulièrement frappants. Le conseiller d’État fait référence à deux clusters survenus dans deux discothèques genevoises, au mois de juillet. Les services sanitaires ont dénombré 103 cas positifs sur deux soirées dans ces deux établissements, dont 90 personnes qui n’étaient pas vaccinées.

Mais ce qui est intéressant, c’est la façon dont le virus se répand depuis ces lieux de vie nocturne. On dénombre ensuite au moins 25 cas secondaires, dont 3 concernent deux EMS différents. 21 cas concernent trois crèches et enfin 1 dernier cas se retrouve dans un camp de vacances. Et bien entendu, tous ces cas secondaires ont nécessité d’importants tests de dépistage.

C’est l’occasion pour Mauro Poggia de lancer un appel en majuscules: «SEULE LA VACCINATION METTRA TOUTES LES CHANCES DE NOTRE CÔTÉ!» Il ajoute qu’un test négatif, qui permet justement d’entrer dans les discothèques, «n’équivaut qu’à une photo floue à un instant donné».

À l’aide de deux schémas, le conseiller d’État montre le travail de ses services pour tracer les personnes concernées par ces deux clusters dans les discothèques genevoises. Un travail de fourmi pour tenter de stopper la propagation.

Ton opinion

468 commentaires