Presse française: Coco, dessinatrice de «Charlie Hebdo», rejoint «Libé»
Publié

Presse françaiseCoco, dessinatrice de «Charlie Hebdo», rejoint «Libé»

La Française, survivante de l’attentat de 2015, succédera le 1er avril au caricaturiste Willem qui prend sa retraite, a annoncé lundi, «Libération».

Corinne Rey, dite «Coco», deviendra le 1er avril la première femme dessinatrice d’un grand quotidien en France. Elle succédera au caricaturiste attitré de «Libération», Willem, qui prend sa retraite.

Corinne Rey, dite «Coco», deviendra le 1er avril la première femme dessinatrice d’un grand quotidien en France. Elle succédera au caricaturiste attitré de «Libération», Willem, qui prend sa retraite.

AFP

La dessinatrice de «Charlie Hebdo», Coco, deviendra la caricaturiste attitrée du journal «Libération», à partir du 1er avril, date à laquelle son prédécesseur, le Néerlandais Willem, prendra sa retraite, à la veille de son 80e anniversaire, a annoncé lundi, le quotidien à l’AFP.

«Pour la première fois en France une femme devient la dessinatrice de presse d’un grand quotidien», s’est félicité le journal dans un communiqué, précisant que Coco, 38 ans, continuerait parallèlement de travailler pour «Charlie Hebdo», comme l’a fait Willem, collaborateur historique de l’hebdomadaire satirique, entré à «Libé» en 1981.

Un porte-parole de «Charlie Hebdo» a confirmé que Coco poursuivrait sa collaboration avec le titre, tout comme Willem.

«C’est un honneur qui ne se refuse pas»

«Prendre la suite de Willem, et en plus à «Libération», c’est un honneur qui ne se refuse pas», a commenté Coco, citée dans le communiqué. «Je ne dis pas «remplacer» car on ne remplace pas un génie du dessin. Alors je vais faire de mon mieux, cher Willem. (…) Et surtout: être libre et dessiner».

Passée par «Les Inrockuptibles» et Arte, Coco a rejoint «Charlie Hebdo» en 2008. Elle fait partie des survivants de l’attentat de janvier 2015, qui a décimé la rédaction de l’hebdomadaire satirique. Elle avait raconté dans un témoignage bouleversant lors du procès qui s’est déroulé l’an dernier comment elle avait ouvert la porte du journal aux frères Kouachi, sous la menace d’une kalachnikov.

Un maître à penser

Willem, résident en France depuis 1968, Grand Prix d’Angoulême en 2013, «a mis son génie graphique et son humour provocateur au service du projet libertaire» de «Libération», souligne le journal, qu’il quittera au moment même où son homologue du «Monde», Plantu, posera son crayon.

«Pour beaucoup d’entre nous, Willem est un maître à penser, un éditorialiste qui a par hasard également un génie pour la caricature», a salué le directeur de la rédaction de «Libé», Dov Alfon, annonçant «un numéro spécial le jour de son départ le 31 mars».

«C’est avec une grande joie et un frisson de fierté que j’accueille Coco dans ce rôle», a-t-il ajouté, se disant «persuadé qu’elle saura(it) le réinventer et le redessiner», a-t-il ajouté.

(AFP)

Votre opinion