Publié

CyclismeCofidis: rebondir en 2013 (COMPTE RENDU)

PARIS, 25 jan 2013 (AFP) - L'équipe Cofidis, qui a renouvelé près de la moitié de son effectif, entend rebondir en 2013, notamment avec Jérôme Coppel venu en tant qu'alter ego de l'Estonien Rein Taaramae dans les courses par étapes.

"L'équipe était quelque peu démotivée, une sorte de fatalisme s'était installé", a reconnu vendredi, lors de la présentation de son groupe à Paris, Yvon Sanquer, arrivé aux commandes en juin dernier juste avant le Tour de France. L'ex-dirigeant de la Ligue nationale, qui a travaillé pour diverses équipes (Mutuelle de Seine-et-Marne, Festina, Astana), s'est donc attaché au recrutement pour justifier l'ambition de son parraineur, présent dans le peloton depuis 1997 et désireux de réintégrer la première division (WorldTour). Coppel, qui avait assumé seul les responsablités de leader dans sa précédente équipe (Saur-Sojasun), s'est laissé convaincre, Christophe Le Mével (Garmin) aussi. Le grimpeur espagnol Daniel Navarro, l'un des lieutenants d'Alberto Contador dans la montagne, a rejoint aussi le groupe pour former le noyau dur de l'équipe dans les courses par étapes d'une semaine et les grands tours, à côté de Taaramae. "La confiance renouvelée de Cofidis, qui est partant jusqu'à fin 2016, autorise un nouveau projet sportif", a estimé Sanquer, qui peut compter aussi sur des éléments d'avenir dans les courses d'un jour, tels Adrien Petit (médaillé d'argent du Championnat du monde espoirs 2011), qui vient de débuter victorieusement sa saison au Gabon, ou encore l'Espagnol Egoitz Garcia. L'ambition avouée de retrouver la première division passe par des performances de haut niveau mais, a souligné le responsable de l'équipe, "le syndrôme du résultat suspect ne doit pas être une excuse, on voit gagner aujourd'hui des jeunes coureurs français, qui ne sont pas suspects". Décidé à mettre en place un nouvel état d'esprit, Sanquer veut tourner le dos au passé, dans une équipe durablement traumatisée par l'affaire de dopage qui l'avait secouée en 2004 avant de connaître un bref soubresaut lors de l'épisode Di Grégorio, dans le Tour 2012. "Cela se terminera aux prudhommes", prévoit Yon Sanquer à propos du grimpeur marseillais, qui avait été interpellé l'an passé lors de la journée de repos de la Grande Boucle. Thierry Vittu, président de Cofidis Compétition, s'est situé sur la même ligne que son manager. Il a prôné le changement, sauf pour le respect des valeurs éthiques, mais a rendu aussi un vibrant hommage à David Moncoutié, le seul coureur présent de la création de l'équipe (1997) à la saison dernière, "un modèle de fidélité et d'intégrité". "2013 doit amorcer un nouveau cycle", a-t-il estimé en fixant les objectifs sportifs: "gagner une étape au Tour de France et à la Vuelta, prendre place dans les dix premiers du classement général, gagner une course par étapes et la Coupe de France." jm/gv

(AFP)

Votre opinion