Publié

Ski nordiqueCologna finit deuxième du Tour de ski

Dario Cologna n'a rien pu faire face au Russe Legkov, le plus fort aujourd'hui. Le Grison fini à la deuxième place du classement général du Tour de ski.

AFP

Dario Cologna a cette fois trouvé plus fort que lui au Tour de ski. Le Grison, 2e au final, est tombé sur un Alexander Legkov en état de grâce. Le Russe a fait la différence dans les lacets les plus pentus de l’ascension finale à l’Alpe Cermis (It) pour s’imposer avec 18 secondes d’avance.

Triple lauréat de l’épreuve, Cologna ne semblait pas affecté par sa place de dauphin sur cette 7e édition. Il a franchi la ligne les bras levés au ciel, satisfait. Il était parvenu à lâcher sur la fin le Russe Maxim Vylegzhanin, 3e, et surtout son grand rival habituel, le Norvégien Petter Northug, qui est arrivé avec plus d’une minute de retard sur Legkov, au 4e rang. Bien plus lourd que ses adversaires, Northug ne gagnera peut-être jamais le Tour de ski tant que l’arrivée sera jugée au sommet de cette terrible ascension.

L’heure de vérité, sur les pentes ultraraides de l’Alpe Cermis, avec trois passages à plus de 24 % sur les 3 derniers kilomètres, a permis de consacrer la supériorité actuelle de Legkov. Le Russe de 29 ans s’est détaché dès les premiers pourcentages. Auparavant, sur le plat, un regroupement s’était rapidement produit entre les quatre hommes de tête. Ils se sont d’abord observés sur les premiers kilomètres, avant de lâcher les chevaux dans la montée.

A ce jeu-là, Legkov a fait parler sa robustesse et son agilité. Il n’avait jamais été à pareille fête auparavant. En 2007, il avait fini 2e du Tour, et 5e l’an dernier, à 3 minutes de Cologna. En 2011 et 2010, il avait dû déclarer forfait en raison d’une maladie.

Son avènement doit beaucoup aussi à la contribution du Zurichois Reto Burgermeister. L’ancien fondeur suisse est à la tête depuis l’été 2011 d’une structure privée dans laquelle s’entraîne Legkov ainsi qu’un autre Russe, Iliya Chernousov (10e dimanche), en marge de la Fédération russe. Burgermeister a peut-être pu donner au vainqueur quelques tuyaux pour battre Cologna.

Le Grison s’est montré régulier et solide sur ce Tour, mais il lui a manqué une cinquième vitesse. Il a souvent joué placé sur les différentes étapes (trois fois 4e, deux fois 3e), mais jamais gagnant.

Votre opinion