Hockey sur glace - Comme les défaites, les pépins s’accumulent déjà pour Ajoie
Publié

Hockey sur glaceComme les défaites, les pépins s’accumulent déjà pour Ajoie

Mené de trois longueurs après une période, le HC Ajoie, déjà décimé, s’est incliné le plus logiquement du monde face à Zurich. Titularisé dans la cage, Viktor Östlund n’a pu rendre l’impossible possible.

par
Julien Boegli
(Zurich)
Viktor Östlund s’interpose devant Marco Pedretti.

Viktor Östlund s’interpose devant Marco Pedretti.

Patrick Straub/freshfocus

Lugano ou Zurich, le tarif est identique. À l’instar de sa rencontre de mardi face aux Tessinois (perdu 7-2), Ajoie a conclu le tiers initial avec un retard de trois buts. Autant dire que ce duel était déjà joué après vingt minutes. Les Jurassiens, privés au coup d’envoi de leur Québécois Guillaume Asselin (blessé) et de leur colosse Mathias Joggi (malade), ont été les premiers à se montrer menaçants. Reste que le service d’Ueli Huber, auteur d’une percée sur l’aile gauche, à l’intention de Dario Rohrbach n’a pas permis aux visiteurs de prendre les devants (4e).

S’en est suivie une longue période de domination zurichoise. Les superstars du «Z» sont elles parvenues à faire ce que leur invité n’a réussi, c’est-à-dire ouvrir la marque sur leur première opportunité, tombée une minute après l’alerte ajoulote. Sven Andrighetto a alors pris de vitesse le duo défensif Pouilly/Birbaum pour tromper Viktor Östlund, préféré à Tim Wolf.

Le rempart cédé par le Lausanne HC a fait ce qu’il a pu, il n’a pu empêcher l’inévitable. Titularisé une première fois dans un contexte forcément compliqué, Östlund a ensuite dévié sur son poteau un penalty tiré par Denis Hollenstein une poignée de secondes avant le 2-0 signé Justin Sigrist. Les Ajoulots sont donc passés par des moments pénibles aux alentours du quart d’heure. Pour ne rien arranger à leurs affaires, ils ont perdu leur défenseur québécois Jérôme Leduc, touché au haut du corps avant la première pause déjà.

C’est dire qu’ils ont disputé les 40 minutes restantes avec seulement deux renforts étrangers. Sur le banc zurichois, l’entraîneur Rikard Grönborg a lui pu employer ses cinq pions étrangers à sa guise, sans craindre une quelconque mauvaise surprise. D’ailleurs, sitôt la troisième réussite inscrite par le revenant Chris Baltisberger une grosse minute après celle de Sigrist, Zurich est entré en mode gestion et a laissé les minutes s’égrainer le plus tranquillement du monde.

Face à ce HCA très vite reformaté aux dimensions Swiss League, non, il n’y avait vraiment pas lieu de s’inquiéter. Au final, Ajoie a profité du laxisme adverse pour revenir à deux buts en fin de match grâce à des réalisations de Thibault Frossard et Reto Schmutz.

Zurich – Ajoie 5-2 (3-0 1-0 1-2)

Hallenstadion. 7237 spectateurs. Arbitres: MM. Lemelin, Piechaczek, Kehrli et Fuchs.

Buts: 5e Andrighetto (Roe, Quenneville) 1-0, 16e Sigrist (Andrighetto/ 5 c 4) 2-0, 17e Chris Baltisberger (Diem) 3-0, 37e Andrighetto (Noreau, Azevedo/5 c 4) 4-0, 47e Frossard (Hazen/5 c 4) 4-1, 53e Schmutz (Devos) 4-2, 60e (59’11) Krüger (cage vide) 5-2.

Zurich: Flüeler; Noreau, Marti; Trutmann, Geering; Guebey, Weber; Phil Baltisberger; Quenneville, Roe, Andrighetto; Azevedo, Krüger, Hollenstein; Chris Baltisberger, Sigrist, Diem; Aeschlimann, Schäppi, Pedretti; Sopa. Entraîneur: Grönborg.

Ajoie: Östlund; Leduc, Hauert; Rouiller, Eigenmann; Birbaum, Pouilly; Helfer; Rohrbach, Romanenghi, Huber; Hazen, Devos, Schmutz; Frei, Frossard, Schnegg; Macquat, Ness, Bogdanoff. Entraîneur: Sheehan.

Notes: Zurich sans Bodenmann, Morant, Riedi (blessés), Malgin (malade), Backman, Capaul, Hayes, Küng, Jeffrey Meier, Suter, Zumbühl (en Swiss League) ni Noah Meier (surnuméraire). Ajoie sans Asselin (blessé) ni Joggi (malade). But de Geering invalidé suite à une obstruction de Krüger sur Östlund (14e). Östlund dévie un pénalty de Hollenstein sur le poteau (16e). Temps mort demandé par Ajoie (59e), qui évolue sans gardien (58’09-58’25 et 58’35-59’11).

Pénalités: 7 x 2’ contre Zurich, 5 x 2’ contre Ajoie.

Votre opinion