Tricherie: Comment le scandale Volkswagen est arrivé
Publié

TricherieComment le scandale Volkswagen est arrivé

Une ONG américaine est à l'origine des révélations qui font vaciller le constructeur allemand.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

Le tourbillon médiatique se déchaîne contre Volkswagen. Premier constructeur à avoir annoncé qu'il allait se conformer aux règles européennes d'émission de CO2, VW a donc triché dans une manipulation de grande envergure orchestrée pendant des années pour frauder les tests aux émissions outre-Atlantique.

Selon l'ONG, l'International Council on Clean Transportation, qui a contribué à révéler le scandale, il n'est «pas exclu» que Volkswagen ait eu recours aux mêmes techniques de dissimulation en Europe, a déclaré son directeur exécutif Drew Kodjak: «Il appartient aux régulateurs du continent de déterminer s'ils sont oui ou non en présence d'un 'logiciel trompeur' comme aux Etats-Unis».

Étranges écarts

La supercherie aurait toutefois pu passer totalement inaperçue sans la persévérance de l'International Council on Clean Transportation. Cette organisation non-gouvernementale basée aux Etats-Unis et en Allemagne a alerté des chercheurs de l'Université de Virginie Occidentale qui, après des tests indépendants, ont mis au jour d'étranges écarts entre les émissions réelles et déclarées de gaz.

L'agence environnementale EPA, conjointement avec une agence de l'Etat de Californie, s'est alors saisie de l'affaire et a adressé une notification à Volkswagen le contraignant à rappeler les véhicules incriminés pour «réparer» le système d'émission de gaz. Selon le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, VW avait été alerté dès mai 2014 des griefs qui lui étaient faits.

Vendus depuis 2008 aux Etats-Unis, des Golf, Audi A3, Passat et autres Beetle, vont être rappelées. «On peut dire qu'on a été surpris. Nous ne soupçonnions absolument pas que des voitures Volkswagen puissent être équipées de 'logiciels trompeurs'. Le constructeur allemand a de solides antécédents en termes de respect de l'environnement», a ajouté Drew Kodjak.

(J.Sa/afp)

Votre opinion