Hockey sur glace: Comment les Lions sont devenus indomptables
Publié

Hockey sur glaceComment les Lions sont devenus indomptables

Cyrill Pasche, journaliste au «Matin», revient sur l'actualité du hockey suisse.

par
Cyrill Pasche

Un joueur venu tout droit du championnat de… France est en passe de remettre un club suisse de National League sur les bons rails. C'est pas une belle histoire, ça?

Depuis que Benjamin Antonietti et son fighting spirit sont de retour au LHC, les Lions indomptables sont invaincus et il n'y a d'ailleurs strictement aucune raison de penser que la série victorieuse va s'interrompre de sitôt avec la réception de Langnau (ce soir) et un déplacement à Ambri dimanche au programme.

Et s'il était là, tout simplement, sous nos yeux ébahis, le meilleur transfert de Jan Alston depuis, disons, une éternité?

Hockey Inside, épisode 17:

1. Le juge de ligne Sandro Gurtner ne manque pas de bonne volonté, mais il faut tout de même croire qu'il est souvent très mal placé. En décembre dernier, il a reçu un puck au visage qui a nécessité plusieurs points de suture. Quelques jours plus tard, il est tombé au combat après avoir reçu un shoot de Thomas Nüssli dans la jambe. Samedi dernier, c'est le poing du Suédois Viktor Stalberg qu'il a reçu en plein visage en voulant s'interposer avec un peu trop de zèle et surtout au plus mauvais moment possible. Si des joueurs consentants veulent régler leurs comptes, pourquoi ne pas les laisser faire quelques instants, avant de choisir le moment opportun pour les séparer?

2. Lugano est largement au-dessus du lot dans cette ligue en terme de communication. Après que Blick ait révélé l'accrochage entre Damien Brunner et le coach Greg Ireland dans les vestiaires durant un match du 23 décembre dernier, le club tessinois a communiqué de la sorte, citant notamment l'entraîneur Greg Ireland (traduction libre de l'italien, mais néanmoins assez fidèle): «Mon rapport avec Damien était déjà bon avant, mais il est maintenant encore meilleur, car les confrontations permettent d'évoluer.» Moralité: traiter son coach (ou chef, ou supérieur hiérarchique) de tous les noms contribue grandement à renforcer la relation que l'on entretient avec ce dernier. #grandelugano

3. Du coup, je me demande ce que doit bien penser Patrick Fischer, lui qui s'était aussi pris de bec avec Brunner lorsqu'il était encore coach à Lugano, alors que la sélection pour les JO devrait être dévoilée en fin de semaine prochaine… Pas sûr qu'il ait envie d'emmener avec lui un joueur capable de péter les plombs dans le vestiaire pour un oui ou pour un non, même si Brunner s'est justifié ainsi: «Il y avait tellement d'émotions et d'adrénaline en moi que j'ai perdu le contrôle quelques instants».

4. Le SCB, via son CEO Marc Lüthi, s'est plaint… de l'arbitrage sur twitter! Oui, le SCB, l'équipe qui n'a que rarement une décision arbitrale en sa défaveur lorsqu'elle évolue à domicile. J'ai déjà posé la question à des joueurs du SCB et à des adversaires: Berne est-il avantagé à domicile? La réponse est oui, même si personne ne sait vraiment pourquoi. Parce qu'il y a beaucoup de monde? Parce que les arbitres sont intimidés? Ou tout simplement parce que les arbitres, inconsciemment, sifflent rarement en défaveur de la meilleure équipe? Reste qu'il y a toujours ce petit truc en plus à la PostFinance Arena, qu'on le veuille ou non…

5. Serge Aubin était bien le candidat numéro un de FR Gottéron pour le poste d'entraîneur avant que le club fribourgeois ne signe finalement Mark French (un joli coup, soit dit en passant). Aubin, actuel coach des Vienna Capitals, était encore sous contrat avec le club autrichien mais les dirigeants de Gottéron l'avaient rencontré à plusieurs reprises. Le Québécois entraînera les Zurich Lions la saison prochaine, tandis que French a fait du très bon boulot jusqu'ici avec Gottéron. Tout est bien qui finit bien…

6. Mathieu Tschantré va tenter de tenir sa place demain soir contre Zoug malgré la vilaine charge de Stéphane Da Costa mardi soir en fin de match à Genève. Le capitaine du HCB a eu des maux de tête la nuit suivante mais il était sur la glace à l'entraînement hier. Da Costa s'en est d'ailleurs sorti à très, très bon compte en n'écopant que de deux matches de suspension…

7. De nombreux joueurs trouvent que les sanctions pour les charges contre la tête sont trop peu dissuasives et s'étonnent à l'inverse que la Ligue mette autant d'énergie à pourchasser les soi-disant simulateurs (il y en a bien quelques-uns, mais certaines sanctions sont tout de même tirées par les cheveux…). Difficile de leur donner tort.

8. En parlant de simulations, un joueur m'a fait remarquer que les gardiens cette saison en rajoutent souvent lorsqu'ils se font effleurer devant leur cage. Ou que certains gardiens – comme Barry Brust par exemple - s'avancent suffisamment pour toucher un joueur adverse, en rajoutent un peu et provoquent ainsi une pénalité, voire l'annulation d'un but. De bonne guerre, certes, mais c'est effectivement un phénomène que l'on peut régulièrement observer dans la plupart des matches à travers la Ligue...

Votre opinion