FOOTBALL - Commentaire: À force d’en ôter le sel, le football va devenir fade
Actualisé

FOOTBALLCommentaire: À force d’en ôter le sel, le football va devenir fade

L’UEFA vient d’abolir la règle des buts comptant double à l’extérieur en cas d’égalité dans ses compétitions. À vouloir systématiquement tout lisser, c’est le piment et les émotions que l’on supprime.

par
Nicolas Jacquier
Dès ce jour, l’UEFA a supprimé la règle des buts marqués à l’extérieur comptant double en cas d’égalité. Une voie sans issue pour nombre d’amoureux du football…

Dès ce jour, l’UEFA a supprimé la règle des buts marqués à l’extérieur comptant double en cas d’égalité. Une voie sans issue pour nombre d’amoureux du football…

freshfocus

Il y a des choses immuables, que l’on ne devrait pas toucher au risque de bousculer ce qui garantissait leur fragile équilibre. Un équilibre parfois désuet qui faisait en même temps tout le charme du football que l’on aime. Celui des émotions – entières, brutes et parfois sauvages – qu’il génère et non celui des technocrates branchés sur leurs écrans, leurs données et leurs statistiques à n’en plus finir.

Pourtant, l’UEFA a cru bon s’attaquer à la fameuse règle du but qui compte double à l’extérieur en cas d’égalité. Une règle en vigueur depuis 1965 et qui faisait le sel des soirées européennes depuis lors. Son comité exécutif l’a tout simplement abolie par le biais d’un simple communiqué balancé en plein Euro. «L’UEFA supprime à partir de cet été dans toutes ses compétitions de clubs l’avantage lié aux buts à l’extérieur, qui servait à départager deux équipes à égalité après leurs matches aller-retou, a-t-on pu lire en écarquillant les yeux d’indignation.

En lieu et place, on disputera dorénavant des prolongations, suivies de tirs au but si l’égalité devait encore subsister. Ce qui revient à remplacer une injustice présumée par un véritable handicap pour l’équipe visiteuse, condamnée de la sorte à évoluer 30 minutes supplémentaires en terrain hostile.

C’est l’histoire du football que l’on détruit

S’apparentant à une dérive inquiétante, tout cela nous déplaît fortement. Supprimer les buts inscrits à l’extérieur aussi froidement, c’est jeter à la poubelle une partie de l’histoire du football, en salissant ce qui a contribué à en faire surtout sa légende. C’est en même temps mettre à mal des décennies de calcul mental. Devant l’éventail des combinaisons possibles, combien de fois chacun d’entre nous ne s’est-il pas amusé à faire et à refaire le compte pour qu’il soit bon? Ah l’importance du but ou des buts marqués à l’extérieur (assortie, par effet de balancier, par la nécessité de ne pas en prendre à domicile devant son public)…

Des générations de technicien ont bâti leur stratégie là-dessus, que cela soit dans un premier tour de qualification pour la Ligue Europa ou lors de la phase finale de la Ligue des champions. Dès ce jour, l’approche tactique s’en trouvera à coup sûr modifiée. Plus que d’aller marquer ce but à l’extérieur dans des conditions difficiles, devant des tribunes souvent hostiles (d’où la notion de but comptant double à l’époque), il conviendra prioritairement de ne pas en encaisser.

Le plus dérangeant, c’est que ce «nivellement» du règlement intervient après l’introduction de la si décriée VAR - cet outil technologique ayant déjà tué passablement d’émotions au seul prétexte de vouloir supprimer des erreurs historiques. Et voilà que les pontes de l’UEFA, incorrigibles, en remettent une nouvelle couche.

À force de vouloir absolument tout lisser, à force de supprimer le sel et ce qui faisait tout le piment de la compétition jusque-là, on va nous servir un football dénaturé et indigeste, devenu trop fade parce que sans aucun goût. Un football n’ayant plus rien à voir avec ce qu’il a été et qui s’était pourtant inscrit dans la durée Vouloir tendre vers plus de justice et d’équité sportive à tout prix, quitte à enterrer le passé s’il le faut, ne rend pas forcément le football plus juste dans la perception que chacun peut en avoir.

Introduire des penalties qui comptent double?

À ce rythme et tant qu’à faire, pourquoi ne pas organiser une séance de tirs au but avant même le coup d’envoi du match retour pour anticiper une possible égalité finale? Avec un penalty qui pourrait dans ce cas-là compter double s’il était transformé à l’extérieur.

En cas d’égalité future, on pourrait aussi imaginer comptabiliser le nombre de poteaux touchés ou d’avertissements reçus. Dans ce domaine, la liste des idioties encore possibles est sans fin. La vénalité des dirigeants de l’UEFA, leur perpétuel désir de vouloir chaque fois réinventer la roue, également.

Votre opinion