FOOTBALL: Commentaire: à Sion, le problème doit devenir la solution
Publié

FOOTBALLCommentaire: à Sion, le problème doit devenir la solution

En début de saison, le club valaisan avait choisi de miser sur Serey Die, Tosetti et Hoarau, trois hommes relégués aujourd’hui à des rôles de remplaçants. Comment inverser la tendance?

par
Nicolas Jacquier
Guillaume Hoarau, prenant le meilleur ici sur Lukas Görtler samedi contre Saint-Gall, attend toujours d’inscrire avec Sion ce premier but qui pourrait tout changer. 

Guillaume Hoarau, prenant le meilleur ici sur Lukas Görtler samedi contre Saint-Gall, attend toujours d’inscrire avec Sion ce premier but qui pourrait tout changer.

Urs Lindt/freshfocus

Sion n’a pas fondamentalement mal joué contre Saint-Gall mais il n’a récolté qu’un point dans un match de charretiers – 43 fautes! – qu’il aurait tout aussi bien pu gagner que perdre. Le voici toujours englué dans la terrible bataille pour le maintien, une bataille qui, de la lanterne rouge Vaduz à Lugano (4e), concerne aussi six autres équipes à des titres divers.

Pour comprendre pourquoi le club valaisan ne parvient pas à s’extirper de la zone dangereuse, l’objectif qu’il s’était fixé, il faut rembobiner le film, revenir aux jours qui ont précédé le coup d’envoi du championnat 2020-2021.

A cette période, Sion choisit de miser sur trois hommes d’expérience: le «guerrier» Geoffroy Serey Die («arraché» à Xamax en mai dernier déjà mais qui n’avait pas pu être encore aligné jusque-là), le passeur Matteo Tosetti (dont la qualité des services n’est plus à présenter) et Guillaume Hoarau qui, en dépit de l’âge (l’homme fêtera ses 37 ans le 5 mars), n’a pas pu perdre son flair de finisseur hors-pair, pense-t-on alors à la Porte d’Octodure.

Résultat des courses? Dans la glacière de Tourbillon, ces trois renforts, pourtant pressentis pour s’imposer comme des leaders naturels, «chauffaient» le banc ce dernier week-end, aucun d’entre eux n’entrant dans les plans actuels de Fabio Grosso en tant que titulaire. Pas davantage que Kevin Fickentscher, un dernier rempart à qui Sion doit son maintien en Super League la saison dernière mais qui a depuis perdu son statut de titulaire avec l’avènement de Fayulu entre les poteaux valaisans.

Un schéma qui n’a jamais fonctionné

Lors de la présentation conjointe de Tosetti et Hoarau en septembre dernier, un schéma préférentiel tout trouvé s’était pourtant naturellement dessiné: celui qui avait été désigné meilleur passeur de la saison 2017-2018 16 assists avec Thoune devait trouver la tête de celui qui avait été couronné meilleur buteur de Super League en 2019. Mais le schéma n’a encore jamais fonctionné…

Après avoir joué les utilités en étant reculé au poste de latéral droit, Tosetti est désormais cantonné au mieux dans un rôle de remplaçant quand il est encore convoqué par son entraîneur (ce qui n’a pas toujours été le cas ces derniers temps). Pas encore titularisé en championnat, Hoarau est pour sa part toujours désespérément à la recherche d’un but qui pourrait constituer le déclic salvateur – il en avait inscrit 94 en 141 matches de Super League sous les couleurs d’YB.

Changement de style

Jouer avec Hoarau, on l’a encore vu samedi contre Saint-Gall, suppose aussi un changement de style, adapté à ses caractéristiques spécifiques. Dès l’entrée de son géant des 16 mètres, Sion modifie considérablement son approche, avec un jeu qui, logiquement, se résume le plus souvent à des centres pour la tête chercheuse de son No 99…

A Tourbillon, il manque à la fois peu et beaucoup de choses, ce qui complexifie les choix de Fabio Grosso. Si la solution existe, elle se cache dans le problème que constituent ces leaders qui n’en sont pas (assez). Aujourd’hui plus que hier, Sion a besoin d’un premier but d’Hoarau qui lui permette de progresser au classement. Ou alors choisir délibérément de s’en passer afin de préserver la qualité de son jeu moins long. Une option suffisamment suicidaire pour ne pas entrer en ligne de compte sur la durée.

La moralité, c’est que Serey Die, Tosetti et Hoarau, ensemble ou séparément, devraient apporter ces prochaines semaines ce pour quoi ils ont été engagés. En devenant la solution et non plus le problème.

Votre opinion