Football: Commentaire: c'est le bon moment pour changer!
Publié

FootballCommentaire: c'est le bon moment pour changer!

La Swiss Football League propose que l'on passe de dix à douze équipes en Super League. Souhaitons que les clubs la suivent.

par
Renaud Tschoumy
Keystone

La Super League passera-t-elle de dix à douze équipes dès la saison 2021-2022? Il faut le souhaiter. En présentant son projet de réforme, la Swiss Football League a montré qu'elle avait tenu compte des critiques qui lui avaient été adressées depuis plusieurs saisons.

Les présidents des vingt clubs de SFL devront encore se prononcer lors de la prochaine assemblée générale de novembre, mais on ose espérer qu'ils feront le bon choix et qu'ils accepteront le projet tel qu'il leur sera présenté. Le contraire serait d'ailleurs étonnant: la plupart des clubs des trois premières ligues du pays (Super, Challenge et Promotion) y trouveront un avantage.

La Super League à dix équipes, qui rythme le quotidien des fans de football du pays depuis l'été 2003, risque donc d'être reléguée aux oubliettes dans un peu moins de deux ans. Et c'est tant mieux.

Combien de clubs, ces dernières années, ont-ils été contraints de se morfondre en Challenge League, alors même que leur budget, leurs installations ou leur contingent avaient le niveau supérieur? On pense, dans le désordre, au FC Zurich, à Xamax, à Servette et, pour ce qui est du présent, à Lausanne et à Grasshopper.

En ouvrant la Super League à douze équipes, la SFL va permettre un juste rééquilibrage des forces en présence.

Cette réforme va aussi marquer le retour du tour final au printemps. Non plus à huit équipes, selon la formule Rumo tant décriée qui a eu cours de 1987 à 2003. Mais à six équipes, ce qui donnera un sacré piment aux dix dernières rencontres de championnat. Avec ou sans division de points? La question reste ouverte, elle sera réglée lors de l'assemblée du 22 novembre.

Au final, les clubs devraient donc y trouver leur compte, au même titre que le public. C'est donc un pas dans la bonne direction que les présidents peuvent faire en acceptant ce projet de réforme.

Quant aux clubs de pointe qui pourraient ne pas souhaiter voir leur avance être divisée par deux à la fin du tour de qualification - pour autant que ce soit avalisé -, et donc se prononcer contre la réforme, on leur rappellera que Borussia Dortmund a perdu le titre en Allemagne la saison dernière alors qu'il comptait neuf points d'avance en décembre. Et il n'y a pas de division de points en Allemagne.

Quoi qu'il en soit, depuis que la Super League a été réduite à dix équipes en 2003, elle n'a engendré que trois champions différents: le FC Bâle (11 fois), le FC Zurich (3 fois) et Young Boys (2 fois). Vous pensez sincèrement qu'un changement de formule va fondamentalement modifier la tendance?

Alors, osons: c'est le bon moment de changer!

Votre opinion