Football: Commentaire: là, chère UEFA, il faut frapper fort

Actualisé

FootballCommentaire: là, chère UEFA, il faut frapper fort

Après le match de la honte de Sofia, l'UEFA se doit de sanctionner lourdement la Fédération bulgare.

par
Sport-Center
Aujourd'hui, on n'a qu'un souhait. Envie de crier: «Plus jamais ça!»

Aujourd'hui, on n'a qu'un souhait. Envie de crier: «Plus jamais ça!»

Keystone

Les images sont choquantes. L'attitude de cette frange de fracassés de bocal entassés dans les gradins du stade Vassil-Levski de Sofia dégoûtante. La passivité, voire la complaisance, des gradés de la Fédération bulgare révoltante.

Rappelons que, lundi, le match de qualification pour l'Euro 2020 Bulgarie-Angleterre (0-6) a été pourri par des dégénérés qui ont vociféré des cris de singe à l'encontre des trois joueurs de couleur des Three Lions. Rappelons aussi que ces mêmes abrutis, visages apparents, ont mimé des gestes qui rappellent l'une des périodes les plus sombres de l'Histoire.

Rappelons encore que ces mêmes idiots ont brandi des chandails sur lesquels le slogan de l'UEFA était détourné, «Respect» devenant «No Respect».

Téléguidés ou non, ces illuminés ont malheureusement réussi leur propagande puisque leurs gestes inondent toutes les plateformes de communication.

Leur attitude est même davantage commentée que l'application idoine du protocole mis en place par l'UEFA. Après le premier dérapage, les arbitres ont tenté de calmer les crétins par l'intermédiaire d'un rappel à l'ordre du speaker. Après la deuxième salve de haine, ils ont interrompu le jeu pendant quatre minutes sans renvoyer les acteurs de la partie aux vestiaires.

Un protocole, c'est bien. Cela tend à démontrer au public qu'on a une morale et qu'on a mis un truc en place pour protéger les joueurs et les entraîneurs dans un environnement hostile.

Mais un protocole ne constitue pas un bouclier anti-imbéciles.

C'est pourquoi, alors que le monde est ulcéré par les images captées à Sofia, l'UEFA a aujourd'hui une chance de chasser ces énergumènes des stades.

Comment?

Elle peut se servir de ce match de la honte pour prendre des sanctions exemplaires contre la Fédération bulgare, qui (volontairement ou pas) a failli à sa tâche dans l'organisation du match.

Une flopée de matches à huis clos.

Un wagon de points retranchés. Pas dans la course à l'accession à l'Euro 2020 puisque la Bulgarie est déjà exclue des deux premières places synonymes de qualification. Mais pour la campagne vers l'Euro 2024.

Une interdiction de prendre part aux éventuels barrages (la Bulgarie pourrait y figurer via son parcours en Ligue des nations) de l'Euro 2020.

Après la levée de la sanction, dans quelques années, une période de probation de longue durée, histoire de vérifier que la Fédé fautive a bien su extraire la gangrène de ses stades.

Parce qu'aujourd'hui, on n'a qu'un souhait. Envie de crier: «Plus jamais ça!»

Emmanuel Favre

Ton opinion