Publié

Hockey sur glaceCommentaire: La Fédération suisse doit refuser d’aller au Mondial

L’IIHF veut maintenir le Mondial 2021 en Lettonie et en Biélorussie malgré la pression de plus en plus forte sur la scène internationale. Swiss Ice Hockey doit agir.

par
Grégory Beaud
Le président bélarusse Alexander Loukachenko et le président de l’IIHF, René Fasel, lundi à Minsk. 

Le président bélarusse Alexander Loukachenko et le président de l’IIHF, René Fasel, lundi à Minsk.

REUTERS

Parfois une image vaut plus que des centaines de mots. La vidéo de René Fasel enlaçant Alexander Loukachenko a valeur de symbole. Au moment où la communauté internationale condamne la répression violente à Minsk à la suite d’une élection hautement contestée, le président de l’IIHF est accueilli comme un ami par le président biélorusse, dernier dictateur européen. Si le Fribourgeois avait voulu lancer une polémique, il ne s'y serait pas pris autrement. Embarrassant pour l’organisation faîtière du hockey mondial.

Déjà en 2014

Durant la rencontre au sommet, le président Loukachenko a demandé au dirigeant de ne pas céder à la pression internationale. Car il est vrai que rarement l’organisation d’un mondial n’a été autant décriée. En 2014, lorsque la Biélorussie avait été désignée pays hôte du tournoi, quelques voix s’étaient timidement élevées. Mais l’ampleur de la révolte populaire de ces six derniers mois leur donne une résonance largement plus grande aujourd’hui.

L’IIHF va-t-elle céder à la pression - comme le dit Loukachenko - et déplacer le tournoi? Aujourd’hui, rien n’est moins sûr. Et même si la Fédération internationale devait finir par prendre cette décision, Swiss Ice Hockey ne doit pas attendre que l’on décide pour elle et manifester fermement sa désapprobation. Le Danemark l’a déjà fait. D’autres pays tels que la Finlande et la Suède pourraient en décider de même. Le puck est désormais dans le camp des dirigeants du hockey à croix blanche qui pourrait imiter les Danois.

Largement insuffisant

Dans un communiqué, les dirigeants ont mollement réagi en «parant du principe que la Fédération internationale prendra une décision dans les plus brefs délais» tout en «condamnant toute forme de violence de violations des droits de l’Homme». Largement insuffisant.

Les dirigeants de notre hockey doivent user de leur pouvoir et de la proximité géographique avec l’IIHF pour mettre la pression sur la Fédération internationale. Ils doivent montrer que les événements qui se déroulent depuis des mois en Biélorussie sont incompatibles avec la tenue d’une manifestation de cette envergure. Le hockey sur glace, leur sport, s’en verrait terni durablement. Ils ne doivent pas le tolérer et hausser le ton.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
75 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Windmoon

12.01.2021 à 17:00

Et les autres fédérations, elles disent quoi ? Fasel doit consulter les autres pays prenant part aux CM. Le problème Loukachenko n'a rien à voir avec le hockey. Si on veut faire de la politique il faut interdire toutes les compétitions sportives dans le monde.

Pelton 47

12.01.2021 à 16:50

Comportement inadmissible de René Fasel qui a perdu ainsi toute crédibilité. Il serait grand temps qu'il démissionne.

Pasc1

12.01.2021 à 12:41

Si on suit la position des détracteurs des championnats du monde en Biélorussie, il faut également annuler la coupe de monde de football au Qatar et les JO en Chine, pays qui ne respectent pas les droits de l’homme tels que nous les concevons en Europe.