Hockey sur glace - Commentaire: l’équipe de Suisse doit se hisser dans le dernier carré
Actualisé

Hockey sur glaceCommentaire: l’équipe de Suisse doit se hisser dans le dernier carré

Les Mondiaux débutent samedi pour l’équipe de Suisse (contre la République tchèque à 19h15). Face à une concurrence relativement modeste en l’absence de nombreux renforts de NHL, la sélection de Patrick Fischer ne peut pas se permettre de laisser passer sa chance.

par
Cyrill Pasche

Ce tournoi mondial qui commencera pour la Suisse ce samedi contre la République tchèque (19h15) fait étrangement penser au tournoi olympique de 2018 à PyeongChang, en Corée du Sud.

D’un côté, il y a une équipe de Suisse séduisante et très compétitive sur le papier, de l’autre une concurrence sérieusement affaiblie en l’absence de très nombreux joueurs de NHL. Espérons simplement que l’issue sera différente: les JO 2018 avaient été un fiasco pour la «Nati», incapable de s’affirmer face à des adversaires pourtant peu redoutables. Les Suisses s’étaient toutefois rapidement fait pardonner l’échec olympique en décrochant une médaille d’argent quelques semaines plus tard aux Mondiaux de Copenhague.

Tout porte à croire que l’équipe nationale peut aller loin, très loin même dans cette compétition lettone: Patrick Fischer a sous la main un groupe qui se connaît par cœur et se côtoie depuis près de cinq ans pour la majorité des sélectionnés.

Un groupe à maturité

Des joueurs sont arrivés à maturité et se trouvent actuellement dans une forme étincelante. On pense ici avant tout aux six champions zougois présents en Lettonie. Grégory Hofmann et Dario Simion en tête, des attaquants dynamiques dont on peut attendre des étincelles au cours des deux prochaines semaines.

Le sélectionneur national aura sous la main «seulement» quatre renforts de NHL (Hischier, Meier, Kurashev et Siegenthaler) ainsi que tous les meilleurs joueurs du pays (seul le capitaine du SCB, Simon Moser, a fait l’impasse sur le tournoi pour des motifs familiaux). Seule ombre au tableau: l’absence (pour l’instant?) de la pièce maîtresse, le défenseur Roman Josi, engagé en play-off avec Nashville. Même sans le capitaine des Predators, l’équipe nationale cuvée 2021 est sans doute l’une des plus prometteuses de ces dernières années.

La majorité des autres nations ne peut pas en dire autant: les Russes et les Suédois joueront certainement les premières places, mais même leurs line-up – avant tout composés de joueurs de KHL et SHL (championnat de Suède) – n’ont pas de quoi faire frissonner quiconque, surtout pas Fischer et ses hommes. Quant au Canada et aux Etats-Unis, ils aligneront des sélections d’une modestie rarement égalée.

Au vu de ces circonstances qui devraient lui être favorables, la Suisse doit se hisser dans le dernier carré et se battre pour une médaille. Tout autre résultat aurait le poids d’un échec comparable à celui des JO 2018.

La sélection suisse à Riga

Championnats du monde 2021 à Riga (du 21 mai au 6 juin). Initialement prévus à huis clos, les Mondiaux pourront probablement accueillir du public dès la semaine prochaine suite à un vote positif du parlement letton.

Gardiens: Reto Berra (Fribourg-Gottéron), Leonardo Genoni (Zoug) et Melvin Nyffeler (Rapperswil).

Défenseurs: Santeri Alatalo (Zoug), Raphael Diaz (Zoug), Lukas Frick (Lausanne), Tobias Geisser (Zoug), Fabian Heldner (Lausanne), Romain Loeffel (Lugano), Janis Jérôme Moser (Bienne), Mirco Müller (Leksands/Suè), Jonas Siegenthaler (New Jersey Devils/NHL) et Ramon Untersander (Berne).

Attaquants: Andres Ambühl (Davos), Sven Andrighetto (ZSC Lions), Christoph Bertschy (Lausanne), Enzo Corvi (Davos), Fabrice Herzog (Davos), Nico Hischier (New Jersey Devils/NHL), Grégory Hofmann (Zoug), Philipp Kurashev (Chicago Blackhawks/NHL), Timo Meier (San Jose Sharks/NHL), Killian Mottet (Fribourg-Gottéron), Vincent Praplan (Berne), Noah Rod (Genève-Servette), Tristan Scherwey (Berne), Dario Simion (Zoug) et Joël Vermin (Genève-Servette).

Votre opinion