Hockey sur glace: Commentaire: Les Welsches n’ont vraiment plus la cote en équipe de Suisse
Publié

Hockey sur glaceCommentaire: Les Welsches n’ont vraiment plus la cote en équipe de Suisse

Le Genevois Damien Riat est le seul Romand sélectionné pour le Championnat du monde en Finlande. Le groupe de Patrick Fischer affronte l’Italie samedi (15h20).  

par
Cyrill Pasche
Damien Riat est le seul rescapé romand en équipe de Suisse. 

Damien Riat est le seul rescapé romand en équipe de Suisse. 

Pascal Muller/freshfocus

Des Romands en sélection? Quels Romands? 

Ah oui, il y en a un: Damien Riat, invité «surprise» d’une équipe suisse qui vise une place dans le Top 4 au Mondial en Finlande et devra apprendre à se débrouiller sans Roman Josi, forfait pour des raisons familiales. 

Le Genevois du Lausanne HC a réalisé une bonne phase de préparation au Championnat du monde et s’est notamment mis en évidence lors des trois derniers matches tests. Il est le seul rescapé romand en équipe de Suisse cette année.

Damien Riat n’est certes pas celui que l’on attendait le plus cette année, mais le voici tout de même de retour à un grand tournoi pour la première fois depuis 2019. 

Les autres Welsches? En grossissant un tant soit peu le trait: «Poutzés»! Hop, du balai! 

Ils étaient quatre aux Jeux olympiques en février dernier (Hofmann, Haas, Loeffel et Mottet), mais tous ont été écartés pour le Championnat du monde.

«L’équipe n’avait pas le feu» lors des derniers JO, a regretté le sélectionneur Patrick Fischer il y a quelques semaines, lors d’un point presse à Cham (Zoug). 

Les coupables auraient-ils donc été démasqués? Il y a évidemment un pas que nous ne franchirons pas dans ces colonnes…

Reste que voilà, un seul hockeyeur romand convoqué pour le Championnat du monde, c’est bien maigre. Ils étaient encore cinq en 2021 au CM en Lettonie (Loeffel, Hofmann, Mottet, Rod, Praplan) et même six en 2019 en Slovaquie (Loeffel, Haas, Hofmann, Rod, Praplan et Riat). 

Retranchés ou pas convoqués

Grégory Hofmann? Pas retenu, sous prétexte que l’attaquant de Zoug a besoin de repos après une saison compliquée (passage raté en NHL, retour en Suisse, JO ratés, forme moyenne en play-off, titre de champion avec Zoug). C’est vrai, le Jurassien bernois n’a pas été transcendant ces dernières semaines. Il reste malgré tout le meilleur joueur francophone du pays. 

Gaëtan Haas? Le Biennois a aussi besoin de repos selon la version officielle. Une autre version, relatée par la NZZ, raconte que sa non sélection est avant tout due à un entretien houleux avec le sélectionneur juste après les JO. Haas aurait-il dit à Patrick Fischer quelques vérités auxquelles le sélectionneur aurait peu goûté? 

Romain Loeffel? Le routinier, spécialiste du powerplay, a été retranché lors du dernier cut. Les néophytes Andrea Glauser (Lausanne) et Dominik Egli (Davos) lui ont été préférés. Loeffel était pourtant l’un des arrières suisses les plus constants aux JO et n’a jamais déçu ces dernières années lors de ses apparitions en équipe nationale. A 31 ans, le Chaux-de-Fonnier fait-il déjà les frais de la politique de rajeunissement voulue par Fischer et surtout Lars Weibel, le directeur des équipes nationales? 31 ans, c’est jeune, non? 

Killian Mottet? Ecarté lui aussi, alors qu’il avait pourtant prouvé à Pékin qu’il pouvait être un attaquant efficace et intéressant pour la sélection dans un rôle de joker offensif. A sa place, Fischer a choisi Marco Miranda (Genève-Servette), un honnête joueur du championnat de National League. Avec l’équipe de Suisse, Mottet n’a jamais réellement obtenu une chance de briller et de mettre en avant ses qualités de buteur. Dommage…

Noah Rod? Comme en février alors qu’il espérait participer aux JO, le capitaine du GSHC n’a pas passé le dernier cut. Pour la deuxième fois de suite, Rod a été éjecté de la sélection au tout dernier moment. Dur à encaisser. Nando Eggenberger (Rapperswil), retranché entre-temps, et son coéquipier à Genève, Marco Miranda, ont davantage de qualités aux yeux du sélectionneur. Rod est pourtant un joueur de devoir et d’énergie expérimenté qui aurait certainement pu donner de précieux coups de main, notamment en infériorité numérique. 

Simon Le Coultre? Voici un défenseur de 22 ans très intéressant qui aurait éventuellement pu profiter d’une première convocation à un grand tournoi à titre d’apprentissage et en guise d’investissement pour les tournois futurs. Le Vaudois du GSHC, auteur de bonnes performances lors des derniers matches test, a été retranché en même temps que Mottet, vendredi dernier. La concurrence en défense était, il est vrai, particulièrement rude avec la présence de trois renforts de NHL (Moser, Kukan, Siegenthaler). 

Un autre exemple, celui de Dave Sutter: ignoré. L’arrière valaisan des Dragons a disputé de grands play-off sous le maillot de Gottéron. Lui qui était encore aux portes de la sélection en 2017 juste avant le tournoi de Paris n’a même pas obtenu une deuxième chance de se faire valoir lors de la phase de préparation, juste après l’élimination des Dragons. Ne méritait-il pas au moins un regard? 

Décidément, les hockeyeurs romands n’ont vraiment plus la cote en équipe de Suisse par les temps qui courent. 

Les 25 sélectionnés helvétiques

Gardiens (3): Sandro Aeschlimann (HC Davos), Reto Berra (Fribourg-Gottéron), Leonardo Genoni (EV Zoug).

Défenseurs (8): Dominik Egli (HC Davos), Michael Fora (Ambri), Tobias Geisser (Hershey Bears), Andrea Glauser (Lausanne HC), Dean Kukan (Columbus Blue Jackets), Christian Marti (ZSC Lions), Janis Moser (Arizona Coyotes), Jonas Siegenthaler (New Jersey Devils).

Attaquants (14): Andres Ambühl (HC Davos), Christoph Bertschy (Lausanne HC), Enzo Corvi (HC Davos), Fabrice Herzog (EV Zoug), Nico Hischier (New Jersey Devils), Philipp Kurashev (Chicago Blackhawks), Denis Malgin (ZSC Lions), Timo Meier (San Jose Sharks), Marco Miranda (Genève-Servette), Damien Riat (Lausanne HC), Tristan Scherwey (CP Berne), Dario Simion (EV Zoug), Pius Suter (Detroit Red Wings), Calvin Thürkauf (Lugano).

Votre opinion