Football – Commentaire: pour le LS, il faut des points, c’est tout!
Publié

FootballCommentaire: pour le LS, il faut des points, c’est tout!

En position précaire au classement, les Vaudois se doivent d’inverser très vite la tendance. Dans ce sens, le calendrier leur donne un petit coup de main.

par
André Boschetti
Malgré une deuxième mi-temps encourageante à Lugano, juste avant la trêve, Ilija Borenovic, Karim Sow, Trazié Thomas, Zeki Amdouni, Gabriel Bares und Toichi Suzuki (de gauche à droite) ont une nouvelle fois quitté le terrain la tête basse.

Malgré une deuxième mi-temps encourageante à Lugano, juste avant la trêve, Ilija Borenovic, Karim Sow, Trazié Thomas, Zeki Amdouni, Gabriel Bares und Toichi Suzuki (de gauche à droite) ont une nouvelle fois quitté le terrain la tête basse.

FRESHFOCUS

Parmi les fidèles de la Tuilière - à moins d’y trouver un doux rêveur, un spécimen en voie d’extinction dans le haut de la ville - personne n’a imaginé que cette deuxième saison du Lausanne-Sport en Super League allait ressembler à une agréable promenade de santé avec un œil sur une place européenne. Il y a trois mois, l’objectif fixé par la direction du club était d’ailleurs le même que lors d’un premier exercice pourtant très prometteur: le maintien, si possible sans souffrance.

Alors que l’on a déjà atteint le quart du championnat, le bilan est pourtant très loin du minimum espéré. Lanterne rouge avec quatre petits points et sans la moindre victoire sur laquelle ébaucher une esquisse de confiance, les Vaudois sont désormais à la fois dans le dur et dos au mur.

Dans son malheur, le LS a toutefois beaucoup de chance. Lucerne et Saint-Gall ne sont qu’à deux points. Mais il ne fait pas l’ombre d’un doute que ces deux équipes ont le potentiel pour faire bien mieux d’ici à Noël. Un deuxième tour identique, ou presque, au premier placerait donc déjà l’équipe d’Ilija Borenovic en position très précaire à mi-parcours.

Aujourd’hui, le moment n’est pas venu d’essayer de déterminer les parts de responsabilité de ce fiasco - que l’on ose encore espérer provisoire - entre la direction sportive, le staff et les joueurs. L’heure est au contraire à la révolte. Dans cette optique, le calendrier apporte une petite contribution dont les Lausannois se doivent de profiter. D’ici à la prochaine pause de novembre, Grasshopper, Lucerne et Lugano se rendront en effet à la Tuilière, pour un seul déplacement à Berne, dans une semaine.

L’occasion de réussir un vrai bon nouveau départ semble donc idéale. À Stjepan Kukuruzovic et consorts de montrer sur le terrain qu’il valent beaucoup mieux que ce que de nombreux observateurs pensent d’eux. Pour remettre dans le bon sens un groupe qui nage en plein doute, seuls les points comptent désormais. Pour ce qui concerne le beau jeu et le spectacle promis par Souleymane Cissé, le public de la Tuilière saura être compréhensif. Chaque chose en son temps et l’essentiel est aujourd’hui malheureusement ailleurs.

Votre opinion