Football - Commentaire: qu’il est bon de rêver avant les premières emmerdes
Publié

FootballCommentaire: qu’il est bon de rêver avant les premières emmerdes

Avant la reprise en Super League, chacun a tout loisir de s’inventer un destin doré. Une période bénie dont il convient de profiter tant que tout est encore possible. Car dès ce week-end, face à la réalité…

par
Nicolas Jacquier

Chic! Voilà, nous y sommes, le compte à rebours a été enclenché, enfin…

La prochaine reprise du football sur les pelouses de Swiss Football League, l’attente fiévreuse suscitée par le lancement d’une nouvelle saison, oui, c’est quelque chose, l’expression, tant qu’on le peut encore, de tous les espoirs. Sans savoir si cela ira effectivement mieux demain (pour ceux qui partent de très loin), toujours aussi bien pour quelques-uns ou peut-être mal pour d’autres - pas forcément ceux que l’on attendait en mauvaise posture.

Un fait s’impose déjà: au coup d’envoi d’un nouvel exercice, personne ne prédit le pire; ouf, cela aussi, c’est rassurant, les premières crispations - et les emmerdes qui vont avec - viendront bien assez tôt.

Des envies à la place des points

On ne sait pas de votre côté, mais du nôtre, on adore ces semaines - s’étant désormais réduites à quelques jours, lesquels ne seront bientôt plus que quelques heures - précédant les trois coups du lever de rideau. On y retrouve un temps suspendu, vierge de verdicts sportifs, où, gonflé à bloc par des promesses dont beaucoup ne verront pas le jour, il est encore possible de rêver. Avec un classement égalitaire, avec des projections et des envies à la place des points.

Durant ce temps béni où tous les transferts s’avèrent encore gagnants, chacun peut tout imaginer, tout inventer, surtout le meilleur sans se soucier de destins qui seront bientôt cabossés parce que pas à la hauteur. Qu’il est agréable de rêvasser avant de se confronter à la parfois dure réalité de la Super League.

Alors rêvons

A une saison 2021-2022 qui ne verrait pas Young Boys triompher sans opposition. Que les Bernois remportent un cinquième titre de champion d’affilée, on peut le concevoir, mais pas avec 31 points d’avance cette fois-ci...

A un Servette FC qui continuerait à égrener sa si délicate petite musique de jeu et emballerait des fans déjà convaincus. Il suffirait peut-être d’un «gros» transfert pour réveiller Genève et enflammer définitivement la Praille...

A un Lausanne-Sport estampillé Ilija Borenovic prêt à devenir la révélation du championnat. A la Tuilière, le spectacle n’est plus une option, les émotions qu’il offre non plus...

A un nouvel exercice qui verrait le FC Sion boucler son championnat avec le même entraîneur, ce qui réclame, on vous le concède, passablement d’imagination au vu du tumulte des dernières saisons. A Tourbillon, la stabilité ne doit plus être un mot proscrit.

Avant le coup d’envoi d’une saison lancée ce samedi avec Lucerne – Young Boys (18h), chacun a encore tout loisir de parler de titre, d’objectifs majeurs ou de déceptions à effacer. Profitons-en. Quel bonheur de se croire fort, différent et meilleur, prêt à dessiner une nouvelle hiérarchie.

Très vite viendra déjà le premier limogeage

Parce que bientôt viendra la première défaite, le premier échec, la première remise en question, les premiers doutes et forcément aussi, plus tard mais souvent bien trop vite, le premier limogeage.

Parce que certains auront mieux travaillé que d’autres. Et que la compétition n’est pas faite pour les esprits rêveurs.

Ce week-end déjà, tout recommencera. Avec cette fois du public et l’émotion des retrouvailles. Il est encore temps de rêvasser avant de se heurter à la réalité du terrain. Et pour certains, de connaître déjà ses premières emmerdes.

Votre opinion