Football – Commentaire: Révolution, le FC Sion se lance dans le moyen terme
Publié

FootballCommentaire: Révolution, le FC Sion se lance dans le moyen terme

En marge de son troisième passage à Tourbillon, Paolo Tramezzani s’est engagé jusqu’en juin 2023. Un contrat dans la durée qui tranche avec les missions ponctuelles de ses prédécesseurs. La question est de savoir s’il ira au bout.

par
Nicolas Jacquier
Paolo Tramezzani, ici en juin 2020, lorsqu’il avait retrouvé le FC Sion, dirigera son premier entraînement ce lundi après-midi à Riddes.

Paolo Tramezzani, ici en juin 2020, lorsqu’il avait retrouvé le FC Sion, dirigera son premier entraînement ce lundi après-midi à Riddes.

Urs Lindt/freshfocus

Paolo Tramezzani (51 ans), au bénéfice d’un contrat en Arabie Saoudite que l’on peut imaginer rémunérateur, n’a pas hésité à casser son bail pour revenir s’asseoir sur le banc du FC Sion. Samedi, l’annonce de sa nomination a surpris tout le monde - pourquoi lui, et pas un autre? Personne ne s’attendait au retour d’un entraîneur dont la stabilité professionnelle n’est pas la qualité première. Entre Al Faisaly Harmah, Hajduk Split, Tourbillon et Livourne, ses dernières étapes ont rarement dépassé 15 matches…

De toute évidence, l’homme a la bougeotte et aime voir des pays, mais les choses pourraient changer. Du moins est-ce ainsi qu’on nous les a présentées. Terminées les missions ponctuelles et arrêtées dans le temps (limitées le plus souvent à quelques mois), place désormais au travail sur la durée.

De Stéphane Henchoz à Marco Walker, aucun des derniers entraîneurs du club valaisan ne s’était vu proposer par Christian Constantin un contrat excédant une année.

63 matches de championnat

Changement à 180 degrés dans le cas présent: Tramezzani a signé un bail le liant au club valaisan jusqu’en juin 2023, soit concrètement un contrat de 21 mois lui «garantissant» en théorie un minimum de 63 matches de championnat. Tiendra-t-il la distance ou un énième coup de sac se produira-t-il avant?

Dans son communiqué annonçant le troisième passage de l’Italien sur son banc, Sion ne cache pas sa volonté d’investir sur la durée. Accompagnant le lancement d’un nouveau projet commun, l’expression «moyen terme» revient même dans les propos du directeur sportif Barthélémy Constantin. Voilà qui peut prêter à sourire si l’on se réfère au rythme élevé des rotations sur le banc de Tourbillon. Au-delà des clichés, et s’il existait une réelle volonté de construire sur d’autres bases, moins fragiles et surtout plus pérennes?

En inventant le moyen terme, élément inconnu pour lui jusqu’ici, Sion amorce en tout cas l’idée d’une révolution sur fond de recyclage.

Dans le feuilleton Tramezzani, à quoi ressemblera l'épisode III? Alors que son premier passage, en 2017, s’était soldé par un bide, le technicien s’était ensuite glissé dans le rôle du sauveur à l’été 2020, lorsqu’il avait assuré le maintien du FC Sion en Super League. Un objectif également atteint par Marco Walker une année plus tard. De quoi faire du prédécesseur du Mister le candidat idéal pour un retour programmé à… moyen terme.


Votre opinion