Publié

FootballCommentaire: vivement la Coupe d’Europe des relégués

Réservées prioritairement aux viennent-ensuite, la nouvelle compétition de club créée par l’UEFA va accentuer un «football de classe» et alourdir un calendrier déjà surchargé. Une aberration.

par
Sport-Center
Rencontre avec de petits stades en Europe.

Rencontre avec de petits stades en Europe.

L’Europe du ballon reprend ses droits cette semaine, avec ses inévitables chocs (imaginez seulement qu’il n’y en ait plus…), et il y a déjà, ici et là, une passion qui inexorablement s’essouffle déjà chez certains, un intérêt parfois moindre, peut-être les signes d’une usure sur fond de lassitude. Comme si rien ne résistait aux bonnes habitudes. Surtout lorsque le fric dicte le jeu. Surtout lorsque le trop tue le déjà bien assez.

Ce soir, demain, jeudi, quasi infiniment… Vous en avez déjà assez d’ingurgiter du foot à longueur de soirées? Alors réjouissez-vous, youpie, en voilà encore! Parce qu’il faut bien occuper le terrain, les pontes de l’UEFA, réunis à Ljubljana, ont présenté la semaine passée leur nouveau bébé européen dans une relative indifférence. Une sorte de Coupe des pauvres, destinée à remplacer la défunte Coupe Intertoto, disparue en 2008 sans que personne ne la regrette, et qui, à partir de 2021, répondra cette fois au nom pompeux de l’«UEFA Europa Conference League». Voilà qui fait sûrement déjà rêver, pas vrai? Déjà que l’Europa League peine à trouver une place…

Avec 176 équipes sur la ligne de départ, le format épousera grosso-modo celui existant déjà dans les étages supérieurs. Après trois tours préliminaires ponctués de play-off (barrages), on passera à la phase de poules, avec huit groupes de quatre. Aux yeux de ses concepteurs, cette nouvelle compétition aura pour mission de, selon les termes du communiqué, «donner à plus de clubs dans plus de pays une chance de participer au football européen.» Une Coupe qui concernera en premier lieu les oubliés de la Ligue des Champions, donc à priori aussi la Suisse.

Trois places pour la Suisse

Au moment où l’hymne des champions ne sera bientôt plus réservé qu’à une élite (c’est le but), cette «ECL» s’adressera prioritairement aux associations classées au-delà de la quinzième place, lesquelles disposeront chacune de trois tickets d’entrée, à l’inverse des mastodontes européens (Espagne, Allemagne, Angleterre, Italie) qui ne bénéficieront que d’un seul représentant, qualifié directement pour les barrages.

Concrètement, pour ce qui concerne notre Super League, cela signifiera que les places 5, 6 et 7 (ou 6, 7 et 8 suivant les années) seront à l’avenir elles aussi européennes – réjouissons-nous d’un ventre mou qui prendra alors toute son importance. Déjà qu’en Suisse, les clubs nous bassinent à longueur de saison sur l’importance d’être européen au terme des 36 journées de championnat pour, une fois l’objectif atteint, ne faire le plus souvent qu’une fugace apparition, le FC Lucerne pourrait en témoigner.

Au moment où l’UEFA ne cesse d’inventer de nouvelles compétions bidon sous couvert que le ballon ne doit jamais s’arrêter de rouler, la, comment déjà, ah oui, «l’UEFA Europa Conference League» n’est rien d’autre qu’une vaste plaisanterie qui offrira un sucre à son vainqueur: un billet pour l’Europa League. Waaaouh, alors là, cela prend tout de suite une autre dimension.

La vérité, c’est que l’UEFA n’a pas son pareil pour organiser un football de classe, réservé aux très puissants économiquement (catégorie 1, Ligue des champions, idéalement fermée), aux moins riches (catégorie 2, Europa Ligue) et aux faibles (catégorie 3, avec la création de cette «ECL», également disputée le jeudi). Afin de ne pas entrer en concurrence avec l’Europa Ligue, les parties se joueront simplement plus tôt, dès l’après-midi, comme autant de match d’ouverture.

Tant qu’à faire, pourquoi ne pas créer directement une Coupe d’Europe des clubs relégués, réunissant tous les cancres? Là au moins, il y aurait du suspense pour déterminer qui aurait le droit d’y participer. Et la chute, amortie par de souriantes perspectives européennes, prendrait surtout un tout autre sens.

Alors, messieurs de l’UEFA, vous nous la créez quand cette Coupe des losers?

Nicolas Jacquier

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!