Actualisé

ValaisCommission d'enquête dans l'affaire Giroud-Tornay

Le PDC du Valais romand veut faire toute la lumière sur l'affaire qui empoisonne le canton depuis trois semaines.

par
Eric Felley
Le conseiller d'Etat Maurice Tornay.

Le conseiller d'Etat Maurice Tornay.

Keystone

C'est une première dans la politique valaisanne. Le PDC du Valais romand demande l'ouverture d'une enquête sur un de ses élus au Gouvernement. Il a communiqué vendredi qu'il allait demander une commission d'enquête parlementaire sur l'affaire de l'encaveur Dominique Giroud et du conseiller d'Etat Maurice Tornay en charge des finances du canton. Le parti estime qu'il faut rétablir la confiance face aux rumeurs «suspicieuses voire fallacieuses qui jettent le discrédit sur le conseiller d'Etat.»

Maurice Tornay a également publié vendredi un communiqué afin de se disculper. Toutefois, «pris en tenaille entre le secret de fonction et le secret professionnel», il estime que sa marge de manœuvre est réduite pour informer. Il ne fournit ainsi aucune explication sur les années 2001-2009 où les comptes de la cave Giroud Vins étaient révisés par sa fiduciaire Alp Audit SA, années durant lesquelles l'encaveur à détourné pour 13 millions de bénéfices et soustrait 7 millions de francs d'impôts.

Maurice Tornay atteste lui-même que les informations dont il a disposé n'ont en aucune manière influencé l'avancement des procédures. Il affirme n'être intervenu « à aucun stade ni en aucune manière » dans le traitement de cette affaire au sein de l'administration. Et d'ajouter qu'en Valais « tous les contribuables sont traités sur un pied d'égalité ».

Cependant, il n'apporte aucun élément de réponse sur la façon dont il a été informé à titre privé en 2010 du lancement de l'enquête contre Dominique Giroud et ce qu'il a fait ensuite. La commission d'enquête parlementaire devra bien définir le champ de ses investigations pour répondre à toutes les questions que se posent les Valaisans.

Ton opinion