07.06.2018 à 18:36

FranceComptes de campagne: Macron sous pression

Le chef de l'Etat français Emmanuel Macron aurait profité de certains avantages durant sa campagne présidentielle.

Emmanuel Macron a fait de la moralité de la vie publique un point important de son mandat.

Emmanuel Macron a fait de la moralité de la vie publique un point important de son mandat.

Keystone

Ristournes pendant sa campagne électorale, son bras droit objet d'une enquête, la pression monte sur Emmanuel Macron. Même si le gouvernement écarte toute entorse à la loi du premier cercle du président français, qui a fait de la moralisation de la vie publique un de ses chevaux de bataille.

«Les comptes de campagne du candidat Emmanuel Macron avaient été validés par les autorités compétentes», à savoir la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), a martelé la présidence après la publication de nouvelles informations de presse sur les finances de la campagne pour la présidentielle de 2017.

«Personnage incontournable»

Selon Franceinfo, l'équipe Macron a «obtenu un tarif au minimum 75% moins élevé» que les prix habituellement pratiqués pour tenir meeting le 6 février 2017 dans la salle parisienne de Bobino puis le 8 mars au Théâtre Antoine. Ces deux salles appartiennent à Jean-Marc Dumontet, présenté par cette radio comme «un personnage incontournable du théâtre français» et un «proche du couple Macron».

Franceinfo assure par ailleurs que l'équipe d'En Marche!, le parti présidentiel, a loué une autre salle parisienne, la Bellevilloise, pour une réunion publique à laquelle Emmanuel Macron n'a pas participé, pour 1200 euros, alors que le candidat socialiste, Benoît Hamon, a dû débourser 4838 euros «pour une soirée assez similaire».

Pas d'irrégularité retenue

Ces informations surviennent après d'autres révélations de presse en mai. Selon le site web d'informations Médiapart et le journal Le Monde, la CNCCFP avait relevé les «promotions exceptionnelles, parfois 'd'un pourcentage anormalement élevé'», accordées par le champion de l'événementiel GL Events à l'équipe de campagne de M. Macron.

Pour autant, «les rapporteurs n'ont pas retenu d'irrégularités et la commission a suivi leur appréciation» sur ce point, a déclaré au cours d'un point de presse le président de cette commission François Logerot. «Personne n'est infaillible, mais nos rapporteurs ont fait un travail sérieux», a-t-il fait valoir.

Plus tôt en mai, la CNCCFP avait estimé que les remises obtenues par l'équipe Macron auprès de prestataires de services étaient «acceptables» et ne constituaient «pas des participations illicites au financement» de cette campagne. L'opposition s'est ruée sur cette occasion de critiquer Emmanuel Macron, qui s'était mis en scène en septembre en signant devant les caméras de télévision deux textes de moralisation de la vie politique. Un show à l'américaine inédit en France pour une de ses principales promesses de campagne.

Perquisitions au ministère

D'autant que son bras droit à l'Elysée, Alexis Kohler, le secrétaire général du palais présidentiel, fait l'objet d'une enquête pour déterminer s'il a succombé à des conflits d'intérêts quand il travaillait au ministère de l'Economie et des Finances. La police a procédé à des perquisitions mercredi au siège de ce ministère.

Emmanuel Macron, en visite jeudi au Canada à la veille du G7, a défendu, devant un groupe de journalistes français, le secrétaire général en assurant que les membres de son gouvernement étaient «des gens d'une probité exemplaire» et Alexis Kohler «au premier chef».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!