13.11.2014 à 11:52

Tribunal fédéralCondamnation confirmée pour «l'arracheur de dents»

Un technicien-dentiste, qui avait arraché deux dents saines d'un patient et détérioré sa dentition, s'est vu confirmer sa peine de prison avec sursis infligée par la justice vaudoise. Il ne pourra par ailleurs plus exercer son métier pendant cinq ans.

DR / PHOTO D'ILLUSTRATION

Le Tribunal fédéral a confirmé ce jeudi 13 novembre la condamnation pour lésions corporelles graves par la justice vaudoise d'un technicien-dentiste qui avait arraché deux dents saines d'un patient et détérioré sa dentition.

Le trentenaire perd également le droit d'exercer son métier pendant cinq ans. En 2005, il avait reçu dans son laboratoire, situé dans l'est vaudois, un patient qui souffrait d'une mauvaise dentition et souhaitait entreprendre un traitement malgré des difficultés financières.

Il l'avait convaincu de placer plusieurs dents en or, lui avait arraché deux dents saines et lui avait meulé d'autres dents, qui ont perdu leur émail et sont restées sans protection. De plus, il avait réalisé différentes prothèses qui n'ont jamais tenu en place plus de deux semaines.

Victime d'une infection, le patient s'était ensuite rendu en urgence chez une doctoresse, qui a constaté les effets désastreux du traitement. En 2013, le Tribunal correctionnel de l'Est vaudois a condamné l'arracheur de dents à une peine de quinze mois avec sursis pendant cinq ans et lui a interdit d'exercer la profession de technicien-dentiste.

Douleurs persistantes

Sur recours, le Cour d'appel du Tribunal cantonal vaudois l'a condamné en février 2014 à payer 12'000 francs de réparation pour tort moral au malheureux patient. Celui-ci souffre de douleurs persistantes et se trouve face à d'importants problèmes financiers, d'autant que le technicien a tenté ensuite de l'acculer sur les plans financier et judiciaire.

Parallèlement à la condamnation lésions corporelles, le technicien est condamné pour faux dans les titres en raison d'une fausse reconnaissance de dette et également de contrainte pour lui avoir fait notifier un commandement de payer sur la base de ce faux document.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!