Justice française: Condamné à cinq ans ferme pour proxénétisme depuis sa prison

Publié

Justice françaiseCondamné à cinq ans ferme pour proxénétisme depuis sa prison

Un tribunal d’Annecy (F) a renvoyé à l’ombre un jeune homme qui gérait un réseau de prostitution lors d’un premier séjour en cellule. Il donnait aussi des conseils sur comment faire une passe.

C’est depuis la prison de Bonneville, en Haute-Savoie, que le prévenu organisait son réseau de proxénétisme.

C’est depuis la prison de Bonneville, en Haute-Savoie, que le prévenu organisait son réseau de proxénétisme.

AFP

Un homme de 25 ans a été condamné, mardi, par le Tribunal correctionnel d’Annecy (F) pour proxénétisme, pour des faits commis en 2020 et 2021 depuis la prison de Bonneville (Haute-Savoie), où il était alors incarcéré. Trois autres hommes, âgés de 20 à 29 ans, que le premier prévenu connaissait, comparaissaient également. Tous quatre étaient initialement poursuivis pour des faits de proxénétisme aggravé, parfois sur mineure et par une pluralité d’auteurs, pour trois d’entre eux en récidive légale.

«Vous avez des déclarations totalement contradictoires», par rapport à celles d’une jeune femme majeure partie civile au procès, a constaté, à l’audience, la présidente du tribunal, s’adressant au prévenu de 25 ans. «Elle dit que vous gériez sa prostitution depuis la détention» et, évoquant des écoutes, que «vous mettez votre veto sur certains clients, vous restez en ligne lors des passes, vous donnez des consignes sur ce qu’elle doit faire de l’argent. Vous donnez aussi votre avis sur les clients, et des conseils sur comment faire une passe.»

Il dit avoir oublié

«Dans votre cellule a été retrouvé un petit document qui vous permettait de gérer des comptes sur le site Sexemodel», a également relevé la magistrate. L’enquête a permis de démontrer que le mot de passe d’accès à ce site, pour la jeune femme, comportait son prénom accolé à celui du prévenu.

Mais à chaque élément apporté par la présidente le prévenu a contesté ou dit avoir oublié. Il raconte avoir rencontré la jeune majeure avant d’être placé en détention dans un autre dossier. «Avec le temps, je suis tombé amoureux d’elle. Elle se prostituait déjà quand on s’est rencontrés. Je n’avais pas d’autre choix que d’accepter.»

La jeune femme avait, au début de l’enquête, estimé à 7000 euros la somme venant de son activité de prostitution effectuée sous la coupe du prévenu.

Deux prévenus relaxés

Un autre prévenu, qui avait entretenu des relations sexuelles avec une mineure, a également été condamné à deux ans d’emprisonnement, les faits étant requalifiés en corruption de mineur. Les deux derniers prévenus, dont le cousin du principal accusé, ont été relaxés par le tribunal. La procureure avait requis 4 ans d’emprisonnement ferme avec maintien en détention et une interdiction de séjour en Haute-Savoie pendant trois ans contre le prévenu de 25 ans.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires