Actualisé 13.10.2020 à 20:05

Coronavirus«Confinement partiel» aux Pays-Bas

Bars et restaurants seront fermés à partir de mercredi pour tenter de freiner la poussée de la pandémie de Covid-19 aux Pays-Bas.

Le Premier ministre Mark Rutte a annoncé un confinement partiel à partir de mercredi.

Le Premier ministre Mark Rutte a annoncé un confinement partiel à partir de mercredi.

KEYSTONE

Les Pays-Bas vont être soumis à un «confinement partiel» à partir de mercredi pour tenter de freiner la poussée de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le Premier ministre Mark Rutte. Cette mesure prévoit notamment la fermeture des bars et des restaurants.

Après des mois de refus du port du masque, M. Rutte a finalement décidé de le rendre obligatoire dans tous les espaces clos pour les plus de 13 ans. La vente d’alcool sera également interdite après 20h00, dans le but de réduire les interactions sociales qui ont entraîné une augmentation des cas de Covid-19, selon M. Rutte.

«Nous entrons en confinement partiel», a déclaré M. Rutte lors d’une conférence de presse télévisée. «Cela va faire mal, mais c’est la seule solution. Nous devons être plus stricts», a-t-il ajouté, précisant que ces mesures entraient en vigueur mercredi.

Nouveau record quotidien

Mercredi, les autorités sanitaires néerlandaises ont fait état d’un nouveau record quotidien de 7393 contaminations au coronavirus. En une semaine, elles ont répertorié 43’903 nouveaux cas et 150 morts.

Sur les 14 derniers jours, les Pays-Bas ont le troisième plus haut taux de nouvelles contaminations pour 100’000 habitants en Europe, derrière la République tchèque et la Belgique, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Ces derniers mois, le gouvernement de M. Rutte a promu une politique de «confinement intelligent» nettement moins stricte que ses voisins européens, mais il ne parvient plus à contrôler la seconde vague de l’épidémie.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
7 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

mendrisiotto

13.10.2020 à 21:15

Nous allons y arriver, ne leurrez pas Toutes les mesures n'ont pas été respectées, D'ailleurs le conseil fédéral Y songe, On ne respecte rien, Mr Macron va prendre d'autres mesures pour la France, J'attends demain, Parce que en Suisse, La France est à géographie variable, Il nous faut prendre d'autres mesures plus sévères, Ça ne vas pas, Le nombre de cas augmente tous les jours, Les cantons ne gèrent rien du tout, ou plutôt ne se sont pas entendu c'est tout, La population ne veut rien entendre, C'est une pandémie et pas la grippette à Leuba Mais quant il y aura 1 ou deux décès chez les jeunes le Daphalgan ne leurs servira à rien, et la deuxième vague sera plus grave, La grippe saisonnière va affaiblir tous ceux qui ne veulent pas les vaccins et cela sera la catastrophe. Je ne fais aucune illusion

Alfonse

13.10.2020 à 21:13

On se souvient des Pays bas qui regardaient de haut les pays méditerannéens au début de la pandémie... les voilà rattrapé...

Torro

13.10.2020 à 21:00

Un haut gradé médecin militaire nous informe sur l’inefficacité des tests PCR ! Il lance un défi aux scientifiques qui pourraient démontrer qu’il a tort. « Pour être plus clair, la situation et l’utilité de ces tests PCR (qui mesurent la présence des gènes viraux) varient selon que la personne testée a des symptômes ou non. Si cette personne n’a pas de symptômes, un résultat positif ne signifie rien en termes de maladie et rien en termes de contagion. En conclusion, la PCR est un outil de confirmation diagnostique et pas un outil de screening de masse. En outre, elle coûte fort cher et nécessite une infrastructure de laboratoire, et des techniciens spécialisés. Des PCR positives sur des personnes asymptomatiques (tels que les fameux contacts que l’on traque) ne sont donc en aucun cas une mesure médicale et scientifique du danger pour eux ou leurs proches.