Fête - Conseils pour ne pas se faire peur à Halloween
Actualisé

FêteConseils pour ne pas se faire peur à Halloween

La police vaudoise rappelle quelques règles élémentaires pour que la sortie nocturne des enfants déguisés ne vire pas au cauchemar.

par
Michel Pralong
Pas de masque (de déguisement), des couleurs si possible claires et rester en groupe: des consignes à respecter pour Halloween.

Pas de masque (de déguisement), des couleurs si possible claires et rester en groupe: des consignes à respecter pour Halloween.

Getty Images/iStockphoto

En 2020, les autorités américaines avaient publié des recommandations pour Halloween (le 31 octobre, chaque année), mais qui étaient liées à la pandémie. Elles déconseillaient par exemple le porte-à-porte et les fêtes trop peuplées dans lesquelles il était difficile de respecter les distances de sécurité. Et recommandaient de ne pas porter de masque de déguisement pour privilégier celui de protection sanitaire.

Cette année, c’est la police cantonale vaudoise qui a publié quelques rappels élémentaires de sécurité à respecter. Elle aussi recommande de ne pas porter de masque de déguisement et de privilégier le maquillage. Mais ce n’est pas à cause du coronavirus (rappelons qu’en Suisse, les moins de 12 ans ne sont pas concernés par le port du masque sanitaire), mais parce qu’une face de squelette (par exemple) peut diminuer le champ de vision et l’audition de l’enfant. Ce que la police souhaite clairement prévenir, ce sont les accidents qui peuvent se produire lorsque les enfants sortiront dimanche 31 octobre au soir.

Elle préconise également le port de tenues bien ajustées afin que les enfants ne s’empêtrent pas dedans, au risque de tomber et que celles-ci soient de couleurs claires. Et si un petit insiste pour être déguisé en sorcière, tout de noire vêtue, rajoutez quelques bandes réfléchissantes. Équipez le groupe (veillez à ce qu’ils soient au moins trois) d’une lampe de poche.

Gare aux inconnus!

Mais les accidents ne sont pas seuls à craindre. Des esprits malintentionnés peuvent faire plus peur que des enfants déguisés en zombies. La police rappelle là encore quelques principes élémentaires: on ne rentre pas dans une maison où on ne monte pas dans la voiture de quelqu’un qu’on ne connaît pas bien. Il faut que les enfants attendent d’être de retour à la maison pour consommer les friandises qu’on leur a remises. Et les bonbons déjà ouverts doivent être jetés.

Pour éviter de se faire un sang d’encre, établissez un trajet ainsi qu’une heure de rentrée et prenez régulièrement des nouvelles de vos petits Frankenstein et Cruella.

Pas de jets d’œufs

Reste que la police ne perd pas de vue que les petits monstres d’un soir peuvent également le devenir. «Ces dernières années, de plus en plus de personnes ont eu la désagréable surprise de trouver des œufs projetés sur la façade ou les vitres de leur habitation», écrit-elle. En effet, si la menace «un bonbon ou le bâton» est censée n’être qu’une menace, certains enfants se vengent réellement de ceux qui ne leur donnent rien ou ne leur ouvrent pas la porte. La police rappelle que la participation à Halloween n’est pas obligatoire et qu’un refus ne doit pas engendrer des représailles, «aussi inoffensives puissent-elles sembler». D’autant qu’une «projection d’œufs sur une façade ou des vitres constitue bel et bien un dommage à la propriété et peut ainsi faire l’objet d’un dépôt de plainte».

Respectez tout cela et vous aurez une fête de la citrouille sans trouille.

Votre opinion

2 commentaires