Football: Constantin: «1000 personnes, c’est la disparition du sport professionnel en Suisse»
Publié

FootballConstantin: «1000 personnes, c’est la disparition du sport professionnel en Suisse»

A Berne, le boss de Tourbillon a apprécié le caractère de son équipe. «On a vu un FC Sion avec beaucoup de valeurs», dit-il. Mais il s’avoue très inquiet pour la prochaine saison…

par
Nicolas Jacquier
Au Wankdorf, Christian Constantin a suivi la première mi-temps d’YB-Sion dans un angle du stade, accoudé à une barrière.

Au Wankdorf, Christian Constantin a suivi la première mi-temps d’YB-Sion dans un angle du stade, accoudé à une barrière.

Keystone

Condamné à évoluer en infériorité numérique suite à la stupide expulsion de Zock (39e), Sion a livré un morceau de bravoure en demi-finale contre YB avant de craquer à la 90e minute – but assassin de Martins - alors que les visiteurs entrevoyaient déjà la possibilité d’aller aux tirs au but (défaite 3-1).

Après avoir suivi la première partie de la demi-finale près du poteau du corner, côté bernois, Christian Constantin devait ensuite aller s’asseoir près du banc valaisan, non loin de ses remplaçants éparpillés dans la tribune principale.

«On a vu que l’on pouvait rivaliser avec le champion sur sa pelouse, même à 10 contre 11»

Christian Constantin, président du FC Sion

«On a vu un FC Sion avec beaucoup de valeurs, convenait le boss de Tourbillon peu après le coup de sifflet final. On ne peut qu’être fier de ce que l’équipe a montré ces derniers temps. On a su relever la tête au bon moment. Aujourd’hui (dimanche), on a vu que l’on pouvait rivaliser avec le champion sur sa pelouse, même à 10 contre 11. L’amertume est moins grande…»

Cette fin de saison héroïque du FC Sion ne doit cependant pas occulter ce qu’ont été ses moments d’égarements, bien trop nombreux, pour espérer une meilleure issue sur la durée d’une saison.

Si Kevin Fickentscher a été «monstrueux» à Berne comme il l’avait déjà été en début de semaine contre Servette à la Praille, les Valaisans se retrouvent dès ce dimanche soir en vacances et personne ne sait à quoi ressemblera le FC Sion version 2020-2021. Tant les inconnues sont nombreuses, liées autant aux éléments en fin de contrat (notamment Kasami, Lenjani, Zock et Maceiras) qu’aux conséquences liées au Covid-19. «On dépend des décisions politiques pour planifier la saison, reprend son président. On pourra travailler quand on saura comment travailler et quel budget l’on pourra dès lors constituer.»

Le Conseil Fédéral dira ce mercredi s’il maintient l’interdiction des manifestations de plus de 1000 personnes ou s’il ouvre davantage les stades et les patinoires. «Si l’on doit rester à 1000 personnes par match, cela signifie que le sport professionnel va disparaître. Cela concerne tous les clubs, pas seulement le FC Sion. Car personne ne peut vivre sans recettes comme c’est notre cas depuis l’arrêt du championnat le 23 février. Aujourd’hui, l’organisation de cette demi-finale nous a coûté près de 125’000 francs.»

Tramezzani devrait rempiler

La semaine qui s’ouvre s’annonce donc décisive pour le football helvétique. On devrait aussi savoir très rapidement si Paolo Tramezzani poursuit sa mission sur le banc du FC Sion, comme le technicien italien en a d’ailleurs déjà manifesté son intention. «Je ne peux qu’adresser un grand merci à Paolo, conclut son employeur. Il a effectué un très gros travail en transformant l’équipe…»

Votre opinion

40 commentaires