09.12.2019 à 17:40

FootballConstantin fils l’assure: «L’équipe est morte»

Pour le directeur sportif du FC Sion, le constat est implacable après la nouvelle déroute valaisanne à Bâle. Pour sa part, Christian Constantin se retrouve transposé dans un «mauvais film»

von
Sport-Center
Pour Barthélémy et Christian Constantin, le rendez-vous raté du Parc Saint-Jacques (sévère défaite 4-0 contre Bâle) a sanctionné la faillite actuelle du FC Sion.

Pour Barthélémy et Christian Constantin, le rendez-vous raté du Parc Saint-Jacques (sévère défaite 4-0 contre Bâle) a sanctionné la faillite actuelle du FC Sion.

Keystone

Après les maux du terrain, les mots de la désolation. Chaque défaite, à fortiori un revers du FC Sion, entraîne son inévitable flot de paroles, suscite son cortège de réactions. Après l’humiliation du club valaisan subie dimanche à Bâle (défaite 4-0), celle, prononcée à chaud, de Barthélémy Constantin n’est pas passée inaperçue. En deux phrases assassines et neuf mots, le directeur sportif de Tourbillon y sanctionne des mois d’errances.

«Nous devons tout remettre en question. L’équipe est morte», devait-il convenir, fustigeant dans les colonnes du Walliser Bote autant un état d’esprit inexistant qu’enterrant un recrutement qui n’a pas livré ce que l’on était en droit d’attendre.

Seize buts encaissés en cinq matches

A entendre son directeur sportif, ce Sion-là, trop fantomatique pour exister, serait donc mort. Mais quel sens donner à des paroles aussi définitives? «Ce que l’on a montré à Bâle est une honte, estimait ce lundi un Barthélémy Constantin affecté par l’ampleur du désastre sportif. Ça fait mal de voir ça, alors que l’on a tout pour bien faire. On a tous des qualités et des défauts. Mais le problème du FC Sion, c’est que l’on n’en voit actuellement que les défauts. A part contre YB, on n’a pas réussi un bon match cette saison. Et encore, ce match-là, on l’a perdu...»

En fin de semaine, le club de Tourbillon aura beaucoup à perdre dans le derby romand. «Faisons le maximum pour le remporter, reprend notre interlocuteur. Il faudra ensuite donner un coup de balai à plusieurs niveaux. Le chantier est immense…» Pour Sion, qui vient d'encaisser la bagatelle de 16 buts lors de ses cinq matches, la priorité consistera d'abord à assurer ses arrières si tant est que cela soit possible.

«Mais qui a seul les emmerdes? Toujours le même»

Pour Christian Constantin lui-même, c’est grosso modo le même topo. «Quand Barthélémy dit que l'équipe est morte, il n’invente rien. Je sens bien que tout le monde est mort… A Bâle, on ne gagne pas un duel, laissez tomber.» Après Stéphane Henchoz, déplorant le manque de caractère du groupe après avoir rendu son tablier, Christian Zermatten, évoquant une différence de ligue, s’est à son tour heurté à la froide réalité d’une équipe qui ne semble plus être en mesure de donner signe de vie. «Les coaches se dédouanent les uns après les autres, estime le boss de Tourbillon. Au final, aucun ne possède la solution pour relancer cette équipe, tous sont dans le même constat d’impuissance. Mais qui a seul les emmerdes? Toujours le même… Pareil pour les joueurs. Les mecs sont dans le constat mais oublient qu’ils sont les acteurs d’un très mauvais film.»

Avant un très probable nouveau changement de «réalisateur» à la pause, il appartiendra à MM. Zermatten et Bichard, les coaches intérimaires, de préparer la réception de Xamax. «Changer maintenant ne servirait à rien, tranche CC. Comme on est là, Sion n’a aucune chance de gagner dimanche. Ce qui signifie que Xamax possède toutes les chances de se rapprocher de nous avant Noël.»

A moins d’assister au réveil des morts vivants à Tourbillon.

N.JR

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!