23.08.2018 à 11:24

IndustrieConstellium va collaborer avec la HES-SO Valais

Le partenariat entre le producteur d'aluminium et la haute école débouchera sur la création du premier laboratoire industriel valaisan.

L'équipe travaillera à l'école qui occupera dès 2020 le nouveau campus Energypolis à Sion.

L'équipe travaillera à l'école qui occupera dès 2020 le nouveau campus Energypolis à Sion.

Epfl.ch

Le producteur d'aluminium Constellium et la HES-SO Valais vont collaborer étroitement durant cinq ans. Un partenariat concrétisé par la création du premier laboratoire industriel valaisan. Budget: deux millions de francs.

Le laboratoire de recherche appliquée et développement, baptisé «Smart Process Lab», sera opérationnel d'ici la fin de l'année. Il occupera des professeurs HES, un adjoint scientifique et des assistants, soit un groupe de cinq à dix personnes.

L'équipe travaillera à l'école même, qui occupera dès 2020 le nouveau campus Energypolis construit dans le quartier de la gare à Sion. Elle disposera également d'un espace au sein de Constellium, a indiqué jeudi devant la presse Gaëtan Cherix, directeur de la Haute école d'ingénierie.

Besoin de relève

C'est Lionel Thomas, directeur de Constellium Valais, qui a approché l'école. Car l'usine valaisanne, cinquième du groupe mondial en nombre d'employés (730) et acteur important de l'économie cantonale, souhaitait se concentrer sur la recherche appliquée. «Les centres du groupe sont orientés sur la recherche fondamentale et produit, éloignée du terrain», a précisé Lionel Thomas.

Aux projets ponctuels, Constellium a préféré un partenariat s'inscrivant dans la durée, tourné vers l'extérieur et prometteur en terme de ressources humaines et de relève qualifiée. Une nécessité pour faire face à la digitalisation qui transformera l'industrie et pour développer des processus permettant de développer des produits, a souligné le directeur de Constellium Valais.

«Dans notre ADN»

L'intérêt de la Haute école d'ingénierie pour ce partenariat était une évidence, tant «être proche de l'industrie est dans notre ADN», a relevé Gaëtan Cherix. Les domaines qui occuperont le lab répondent aux noms de Big Data, Machine learning (adaptation des machines à divers critères comme la température ou la pression), maintenance prédictive (par exemple prévoir à l'avance quelle machine doit être rénovée ou remplacée) ou encore l'internet des objets.

Le budget du lab s'élève à 2 millions de francs environ. Il sera financé par Constellium Valais et la Haute école d'ingénierie, le premier mettant un peu plus de la moitié de la somme. A cela s'ajoutent des fonds tiers, notamment de la Confédération.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!