Football: Contini connaît la recette de la promotion
Actualisé

FootballContini connaît la recette de la promotion

Découvrez le commentaire de notre journaliste après la nomination de Giorgio Contini à la tête du Lausanne-Sport.

par
Nicolas Jacquier
Lausanne
Keystone

Ce n’était pas forcément le coach que l’on attendait ni celui que les fans du LS espéraient. S’il n’était peut-être pas le premier choix des dirigeants de la Pontaise, Giorgio Contini n’est pourtant nullement un deuxième choix, bien au contraire.

Engagé ce matin pour une durée de deux saisons (avec option), l’ancien coach de Vaduz et du FC Saint-Gall présente même quelques solides atouts parlant en sa faveur. Et ceci pour au moins trois raisons.

Premier avantage: il connaît parfaitement ce qui attend le club vaudois au moment où celui-ci part à la reconquête de la Super League. Contini a déjà réussi la promotion avec Vaduz en 2014 avant de maintenir le club de la Principauté dans l’élite helvétique pendant deux saisons.

Il a aussi brillé avec Saint-Gall qu’il a conduit à une place européenne durant ce dernier exercice avant de faire les frais d’une incompatibilité d’humeur avec les nouveaux patrons du Kybunpark.

Un étonnant mélange

Deuxième avantage: né à Winterthour, Giorgio Contini est un véritable Suisse-alémanique au niveau de la mentalité possédant toutefois une influence italienne qu’il tient de ses parents, originaires de Lecce.

Culturellement, il en résulte un étonnant mélange entre une rigueur parfois bornée et une joyeuse insouciance latine. Appliqué en terre romande, ce mixte peut être tout ce qui manquait au LS. Surtout au niveau de la rigueur. Ce qui n’empêche pas son nouveau technicien d’être, au quotidien, terriblement proche de ses équipes.

Troisième avantage: sa parfaite connaissance de la Challenge League et des dures batailles qui attendent Lausanne dans des contrées parfois reculées du pays représente un formidable plus. A ce niveau-là, Contini sait que le simple beau jeu ne suffit pas dans une catégorie plus complexe qu’il n’y paraît et que l’essentiel ne consiste pas à épater la galerie. Mais à gagner, peu importe la manière affichée après tout. L’ancien éphémère international helvétique - une seule sélection, fêtée en 2001 en même temps qu’un certain Celestini - connaît la recette de la promotion pour l’avoir déjà appliquée avec succès.

Après l’intérimaire Borenovic, le vrai successeur de Fabio Celestini à la Pontaise connaît aussi Lausanne pour y avoir joué comme attaquant, lors de la saison 2002-2003. A l’époque, les choses s’étaient assez mal passées puisque le club de la Pontaise avait été relégué administrativement. Quand bien même tout a aujourd’hui changé, Contini ne débarque pas en terre inconnue pour sa première expérience de ce côté-ci de la Sarine en tant que coach.

Avec lui, Lausanne n’a peut-être pas trouvé l’entraîneur idéal. Mais un homme qui possède déjà les arguments qu’il faut pour s’en rapprocher. Sachant qu’au final, il sera jugé sur ses seuls résultats, et rien d’autre.

Votre opinion