28.11.2016 à 10:45

ZurichContrôle policier musclé: acte d'accusation incomplet

Trois policiers zurichois sont jugés pour lésions corporelles et d'abus d'autorité. L'audience a été interrompue car l'acte d'accusation n'est pas complet.

Le procès des trois policiers s'est ouvert le 21 novembre.

Le procès des trois policiers s'est ouvert le 21 novembre.

Archives, Keystone

Le tribunal de district de Zurich estime que l'acte d'accusation contre trois policiers de la ville de Zurich n'est pas complet. Le procès des trois agents ne pourra pas reprendre avant que le Ministère public complète le document.

Le procureur est invité à compléter l'acte d'accusation concernant la mise en danger de la vie d'autrui, a indiqué lundi le tribunal de district de Zurich. Les trois agents sont aussi accusés de lésions corporelles et d'abus d'autorité.

Les faits remontent à octobre 2009. Alors qu'ils recherchaient un suspect noir, des membres de la police municipale zurichoise ont contrôlé un homme d'origine kényane dans un tram. L'homme a protesté, estimant qu'il s'agissait d'un délit de faciès et qu'il avait été le seul à être contrôlé dans le tram.

Lombaire fracturée

Selon l'acte d'accusation, les policiers l'ont fait descendre du tram et l'ont matraqué, à tel point que l'homme a été blessé. Il a notamment eu une vertèbre lombaire fracturée. Le Ministère public estime qu'il s'agit d'une violence «disproportionnée et inutile».

Le procès des trois policiers s'est ouvert le 21 novembre. L'audience a toutefois a été interrompue. Le tribunal devait d'abord déterminer si l'acte d'accusation était complet. Il vient de rendre sa décision. Le Ministère public dispose d'un délai de 15 jours pour compléter l'acte d'accusation.

Profilage racial dénoncé

Après cette audience interrompue, une association anti-racisme a condamné le «profilage racial». Elle a dénoncé le fait que les cas «de violences policières racistes et discriminatoires» à l'encontre de la communauté noire se multiplient.

L'Alliance contre le profilage racial a cité dans son communiqué l'exemple de l'arrestation musclée d'un jeune homme pris à tort pour un vendeur de drogue à Lausanne. L'association a aussi rappelé la mort d'un jeune homme lors d'une intervention policière à Bex (VD).

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!