Publié

ContestationCorées: 10 millions de tracts pour dénoncer

Des militants de Corée du Sud menacent d'envoyer des tracts par ballon en Corée du Nord, ce qui pourrait aviver les tensions.

Les provocations se succèdent et font monter la tension entre les deux Corées voisines. Lundi, des militants sud-coréens ont menacé de recourir à une technique utilisée aussi par le Nord: l'envoi de tracts de contre-propagande par ballons. (Image prétexte)

Les provocations se succèdent et font monter la tension entre les deux Corées voisines. Lundi, des militants sud-coréens ont menacé de recourir à une technique utilisée aussi par le Nord: l'envoi de tracts de contre-propagande par ballons. (Image prétexte)

Keystone

Des militants sud-coréens ont annoncé lundi leur intention d'envoyer samedi prochain 10 millions de tracts critiquant le régime nord-coréen par-delà la frontière commune, une initiative qui risque d'aggraver les tensions sur la péninsule.

Ces activistes, auxquels se sont joints de nombreux Nord-Coréens qui ont fait défection, sont depuis plusieurs années coutumiers de ces envois de tracts au moyen de ballons gonflés à l'hélium.

Cette méthode de propagande, à laquelle Pyongyang a pourtant également recours, a le don d'irriter au plus haut point la Corée du Nord.

En octobre 2014, des gardes-frontières nord-coréens avaient tiré sur des ballons sud-coréens, ce qui avait provoqué des échanges de coups de feu de part et d'autre de la frontière.

Dénoncer

Park Sang-Hak, un des activistes impliqués dans cette initiative, a indiqué que les largages interviendraient le 26 mars dans le parc d'Imjingak, près de la frontières, pour coïncider avec l'anniversaire du torpillage de la corvette sud-coréenne Cheonan en 2010, qui avait causé la mort de 46 marins sud-coréens.

«Nous enverrons 10 millions de tracts de propagande critiquant les graves violations des droits de l'Homme de Kim Jong-Un», a indiqué Park Sang-Hak dans un communiqué.

Pour le gouvernement sud-coréen, ces activistes ont le droit d'envoyer ces tracts. Mais il est arrivé que la police sud-coréenne les en empêche lorsque les tensions étaient trop élevées.

Climat orageux

Or le climat s'est particulièrement dégradé sur la péninsule depuis le début de l'année, Kim Jong-Un menaçant de procéder à de nouveaux essais nucléaires et à des tirs de missiles, en réponse aux manoeuvres militaires entre la Corée du Sud et les Etats-Unis.

Interrogé, le ministère sud-coréen de l'Unification a indiqué qu'il devait évaluer les risques, dans le contexte actuel, que ces lancements de ballons samedi ne provoquent une riposte nord-coréenne de nature à mettre en péril sa population ou ses intérêts.

(AFP)

Votre opinion