Commentaire: Coronaturbos contre coronaprudents
Actualisé

CommentaireCoronaturbos contre coronaprudents

Alors que la consultation des cantons tend à un assouplissement plus rapide des mesures, le Conseil fédéral devrait à nouveau se montrer prudent cette semaine.

par
Eric Felley
Certains cantons alpins voudraient que les terrasses sur les pistes puissent rouvrir rapidement pour le confort des skieurs.

Certains cantons alpins voudraient que les terrasses sur les pistes puissent rouvrir rapidement pour le confort des skieurs.

Getty Images/iStockphoto

Dans sa grande sagesse, le Conseil fédéral a mis ses propositions de décisions en consultation dans les cantons. Et mercredi 24 février, il va trancher. Il fallait donc s’attendre ce week-end à un retour de contre-propositions, d’ajustements, de divergences et potentiellement de 26 stratégies pour les semaines à venir. Dans certains cantons, cela a permis aux autorités et aux partis de se positionner dans cette nouvelle période de tension entre les coronaturbos et les coronaprudents.

L’année dernière, aux mois d’avril et mai, le débat politique a connu les mêmes turpitudes. Face à Alain Berset, toujours accusé d’être trop lent, ce sont les premiers qui l’ont emporté. Progressivement tout a été rouvert. Au mois de juin, on se croyait vraiment tiré d’affaires avec seulement 3 cas le 1er juin! Et très franchement, personne ne croyait sérieusement à une deuxième vague. Les cantons allaient gérer le traçage des cas restants. Mais dès le mois de juillet les cas ont commencé à réapparaître pour culminer à 10 000 par jour à la fin octobre.

Contrairement à beaucoup d’autres pays qui nous entourent, la population suisse n’a jamais été complètement confinée. Le premier semi-confinement était plus strict et il a permis de faire descendre assez rapidement la première vague. Mais pour la deuxième, l’absence de mesures en septembre et les demi-mesures prises en octobre ont montré leurs limites. C’est une des raisons pour lesquelles nous traînons depuis plus de quatre mois une courbe qui n’en finit pas de se tasser. Elle finira peut-être cette semaine par descendre durablement en dessous de la barre des 1000 cas par jour, qu’elle a dépassée le 5 octobre 2020. On espérait alors «sauver Noël». Maintenant, on espère sauver Pâques le 4 avril. Ou les vacances d’été ou encore, qui sait, Noël prochain!

La consultation des cantons a donc montré une volonté de rouvrir les restaurants plus tôt. D’autres demandent de libérer tout de suite les terrasses dans certains endroits. N’ouvrir que les terrasses est un peu absurde (il suffirait qu’il se mette à pleuvoir pour s’en convaincre), mais cela aurait un effet psychologique positif pour sortir un peu de ce marasme. Le jeu en vaut-il la chandelle? Inévitablement, il faut craindre un relâchement comportemental dès le moment où les gens pourront s’asseoir en groupes.

Après des mois de privation, la «responsabilité individuelle» avancée comme une solution magique, semble un peu fragile pour prendre déjà ce risque. Le Conseil fédéral devrait donc rester sur une ligne coronaprudente, malgré les nombreux appels à aller plus vite. Ce qui va très probablement accentuer encore les tensions à la veille de la session du Parlement qui débute dans une semaine.

Votre opinion

79 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

questionnement

23.02.2021, 18:44

Mon commentaire n'a pas été publié: je disais: la CNE (Commission nationale d'éthique) a indiqué récemment que rien ne prouve en l'état actuel des choses, que la vaccination agit sur la propagation du virus. Ce qui veut dire que quelqu'un de vacciné peut contaminer quelqu'un d'autre. Dans ce cas, à quoi servirait d'obliger les gens qui veulent voyager à sa vacciner? Ils seront vaccinés, mais pourront contaminer quand même les autres! Pareil pour les restaurants: les vaccinés seraient autorisés alors que pas les autres, alors que les vaccinés sont contagieux! Le CF se trompe, à mon humble avis, et le fait d'obliger les citoyens ainsi de façon détournée à se vacciner n'est pas acceptable et doit être refusé fermement par le peuple suisse et ceux qui ont du bon sens et de l'esprit critique. C'est une simple question de cohérence!

questionnement

23.02.2021, 18:23

Les vaccins actuels n'empêchent pas la propagation du virus, comme l'a rappelé récemment la CNE (Commission nationale d'éthique). Donc la proposition du Conseil Fédéral que les restaurants soient ouverts seulement au vaccinés n'a pas de sens et est gravement discriminatoire. C'est inadmissible. Idem pour les voyages. C'est une ineptie: si vous êtes vaccinés, vous pouvez toujours transmettre la maladie, alors à quoi servirait de laisser passer dans les restaurants et les avions des gens contaminants!!! Je suis stupéfait de cette perspective "soviétique" absurde! Je pense que nos conseillers fédéraux se trompent, avec tout mon respect. Et que les libertés fondamentales sont gravement menacées.

Moncredo

23.02.2021, 14:23

la question ne devrait même pas être discutée : vaccination obligatoire, pour tous, seul moyen de sortir de la crise. En Chine ou en Russie, ça ne discute pas et ils ont les résultats. Chez nous, nous avons les sceptiques, les complotistes et les neinsager, ceux qui s'opposent à tout ce que l'Etat préconise. Plus le temps de débattre, il FAUT vacciner