13.03.2020 à 17:47

Coronavirus: les écoles fermées jusqu'au 4 avril

Suisse

Le Conseil fédéral a dévoilé ses nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Il met aussi sur la table dix milliards de francs à disposition de l'économie.

Les parents devront s'organiser avec la fermeture des écoles.

Les Suisses devront adapter leur mode de vie. Le Conseil fédéral a pris vendredi des mesures draconiennes pour lutter contre le coronavirus. Musées, bars, restaurants, piscines, écoles ou encore domaines skiables sont touchés.

«La situation est difficile», a déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, alors que le coronavirus a déjà fait sept morts et infecté plus de 1000 personnes en Suisse. «Mais nous avons les moyens de la maîtriser sur le plan médical et financier. Nous ne vous laissons pas tomber.»

Le mot d'ordre reste le même: ralentir la propagation du virus et protéger les personnes particulièrement vulnérables pour éviter une surcharge du système de santé. A cette fin, le gouvernement a annoncé toute une série de mesures exceptionnelles.

Renoncer à faire la fête

Les réunions de plus de 100 personnes seront interdites dès à présent et jusqu'à fin avril. Centres de loisirs, musées, piscines ou encore stations de ski sont visés. Des exceptions pourront être décrétées s'il existe un intérêt public prépondérant, comme pour des assemblées générales.

Les manifestations de moins de 100 personnes pourront avoir lieu, si elles prévoient des mesures de protection. Les bars, restaurants et discothèques ne pourront quant à eux pas accueillir plus de 50 personnes à la fois. Les cantons seront chargés de mettre en oeuvre les décisions fédérales.

«Il faut s'habituer à un ralentissement de la vie sociale et renoncer à certaines habitudes», a reconnu le ministre de l'intérieur Alain Berset. Les plus jeunes doivent se rendre compte que ce n'est plus le moment d'aller faire la fête en soirée, a-t-il relevé. Il s'agit d'être solidaire pour ne pas contaminer les personnes plus vulnérables.

La rumeur de fermeture des magasins d'alimentation est elle infondée. Il n'en a jamais été question et il n'y a pas lieu de paniquer, a déclaré Simonetta Sommaruga.

Cours suspendus

Les cours seront par ailleurs suspendus dans les écoles obligatoires, les gymnases, les hautes écoles et les centres de formation dès lundi et jusqu'au 4 avril. Les examens déjà agendés pourront avoir lieu moyennant certaines mesures de protection.

Les cantons sont encouragés à prévoir des services de garde pour les enfants du primaire, afin d'éviter que les grands-parents s'occupent d'eux. Ceux-ci font souvent partie des groupes particulièrement vulnérables et doivent être protégés. «Il faut tout faire pour éviter le mélange des générations», a souligné Alain Berset. Et de préciser que les crèches ne sont pas touchées.

Le Conseil fédéral invite encore à renoncer aux voyages «non urgents» à l'étranger. La population doit aussi éviter le plus possible les transports publics.

10 milliards pour l'économie

Conscient de l'impact de telles mesures sur l'économie, le gouvernement a débloqué dix milliards de francs. «L'aide interviendra rapidement et sans bureaucratie inutile», a expliqué le ministre de l'économie Guy Parmelin. Il importe en priorité de verser les salaires.

Pour l'indemnisation du chômage partiel, il est possible de puiser jusqu'à 8 milliards de francs dans le fonds de l'assurance-chômage. Le délai de carence est réduit à un jour à partir de vendredi jusqu'au 30 avril. Les entreprises n'auront ainsi qu'un jour d'arrêt de travail à supporter elles-mêmes. Un soutien est aussi prévu pour le sport et la culture.

Contrôles aux frontières

Les entrées à la frontière avec l'Italie seront en outre limitées. «Nous ne voulons pas que les Italiens viennent se faire soigner dans les hôpitaux au Tessin, dans les Grisons ou en Valais. Les hôpitaux suisses doivent fonctionner pour nos patients», a justifié la ministre de justice et police Karin Keller-Sutter.

Les contrôles Schengen sont réintroduits avec effet immédiat. Seuls les citoyens suisses, les personnes disposant d'un permis de séjour et celles venant travailler sont autorisées à entrer en Suisse. Le transit et le transport de marchandises reste possible. La décision est conforme à l'accord de Schengen et aux dispositions de la libre-circulation des personnes. Bruxelles a été avertie.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!