Publié

PandémieCoronavirus: «les Romands font mieux que nous»

Si la tendance actuelle perdure, les cantons romands ne seront plus les cancres de la Suisse.

par
Renaud Michiels
Keystone

Sur le front de la pandémie de coronavirus, «les Romands font mieux que nous», titre le quotidien alémanique «Blick». Voilà qui fait du bien à entendre mais qui reste surprenant car les cantons romands ont été les mauvais élèves de la Suisse durant la première vague comme durant la deuxième. Il n’y a pas si longtemps nous étions même les cancres de l’Europe.

Alors? Jetons un œil sur les chiffres qui font habituellement référence: les taux d’incidence. Or selon les données actualisées ce jeudi par l’Office fédéral de la statistique (OFSP), cinq des six cantons dans lesquels le virus circule le plus sont bel et bien romands. Calculé sur 14 jours, le taux d’incidence est de quelque 800 cas pour 100 000 habitants en Valais, 900 à Fribourg, 910 à Neuchâtel, et 960 dans le canton de Vaud comme à Genève. Pour compléter le tableau il faut ajouter le Tessin, avec 910 cas pour 100 000 habitants. Le coronagraben existe donc toujours et pas en notre faveur, comme on peut le voir sur cette carte de l’OFSP.

«Blick» aurait-il tout faux? Non, le quotidien s’intéresse à une autre donnée majeure, le désormais bien connu R, ou R0: le taux de reproduction. Le taux moyen national est aujourd’hui de 0,78, est-il précisé. Ce qui signifie que 100 personnes atteintes par le virus en contamineront 78. Un taux jugé satisfaisant car s’il perdure le nombre de nouvelles infections serait presque divisé par deux toutes les deux semaines.

En résumé, on pourrait dire que l’incidence est une photographie de la circulation du virus aujourd’hui tandis que le taux de reproduction prédit ce qu’il se passera demain. Or souligne «Blick», tous les cantons romands affichent désormais un taux de reproduction inférieur à la moyenne nationale, avec un record de 0,45 pour Fribourg. De l’autre côté de la Sarine seuls trois petits cantons ruraux alémaniques sont sous la moyenne: Glaris (0,7), Appenzell Rhodes-Intérieures (0,71) et Nidwald (0,73).

De l’autre côté du spectre, les mauvais élèves sont aujourdhui Uri (1,27), Bâle-Campagne (1,12), Schaffhouse (1,09) et Bâle-Ville (1,05). Là, l’épidémie progresse. Et elle stagne dans les cantons dArgovie, de Thurgovie, dAppenzell Rhodes-Extérieures, et dObwald, qui affichent les quatre un taux de reproduction tout proche de 1, avec 0,99.

Gare à l’assouplissement

Les bons chiffres romands sont évidemment attribués aux mesures bien plus draconiennes prises de ce côté de la Sarine comme les fermetures de cafés ou restaurants. Mais dans les jours ou semaines qui viennent, pour la première fois depuis le début de la pandémie, la circulation du virus pourrait être plus importante dans certaines régions alémaniques qu’en Suisse romande.

Encore faut-il cependant rester discipliné. «Blick» n’oublie pas de noter que les cantons romands sont en train d’assouplir les mesures de lutte contre l’épidémie. Et le quotidien de conclure en espérant qu’avec les réouvertures de commerces, de bars ou de restaurants à venir, les Romands ne redeviennent pas les éternels mauvais élèves du pays.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
48 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Amédée Prougnard

27.11.2020 à 13:13

L’avantage du Black Friday est que pendant 3 jours, il n’y aura aucun séide de Greta qui vont bloquer un pont ou faire une manif’. Trop connectée la jeunesse. Ils vont exploser leur bilan carbone.

SC

27.11.2020 à 09:08

Je ne comprends pas qu’on laisse nos restaurateurs dans la m..., en laissant fermé leurs établissements ou tout a été mis en Place pour la protection de leurs clients et on ouvrent les stations de skis pour le plaisir des loisirs de ces messieurs, dames... Franchement ou est la logique... À nous les touristes des pays voisins et à nous la 3 éme vague... Et les cars publics bondés.. les grandes surfaces où personnes respectent la distance, on pousse pour être les premiers..

Pipo

27.11.2020 à 09:04

Il est normal que les cantons romands soient plus contaminé avec les frontaliers qui doivent venir travailler et qui n'y peuvent rien nous ferions la même chose. La plupart des cantons suisses allemand n'ont pas ce brassage de population donc aucune raison de nous montrer du doigt tout comme l'Europe.