Publié

footCORRIGÉ: C1 - FC Barcelone: la révolution Luis Enrique passe au révélateur (MAGAZINE)

Madrid, 16 sept 2014 (AFP) - Luis Enrique, nouvel entraîneur du FC Barcelone, fait ses débuts de technicien en Ligue des champions mercredi contre l'Apoel Nicosie (20h45, 18h45 GMT) au Camp Nou, où la révolution qu'il a amorcée dans le club catalan va passer au révélateur de l'épreuve reine européenne.

Après une saison sans titre majeur pour la première fois depuis 2008, le Barça a parfaitement entamé son opération reconquête: le club est leader de la Liga avec trois victoires en trois matches, aucun but encaissé et déjà six longueurs d'avance sur le Real. Surtout, les efforts produits dans le pressing et la défense sont le signe que le sang neuf insufflé à l'intersaison, avec plus de 150 millions d'euros dépensés en transferts, a rendu de l'allant à un effectif annoncé en bout de course. "Avec Luis Enrique, notre philosophie a bien changé. Il a beaucoup de caractère et ça nous va très bien", a résumé la semaine dernière le latéral brésilien Adriano. Pressing haut, conservation du ballon, repli défensif: l'exigeant Luis Enrique veut que son équipe soit "complète". "Pour être une équipe qui gagne des titres, il faut être bon en phase offensive mais aussi défensive", a prévenu le technicien de 44 ans samedi soir après la solide victoire contre l'Athletic Bilbao (2-0) en championnat. Comme lors de son passage à la Roma (2011-2012), où il n'avait pas hésité à déboulonner l'idole Francesco Totti, Luis Enrique montre que le CV des joueurs compte très peu pour lui. D'entrée, le technicien asturien a mis sur le banc des remplaçants l'inamovible meneur de jeu Xavi (34 ans), une décision impensable ces dernières saisons. En fonction de leur forme du moment, Gerard Piqué ou Neymar ont eux aussi débuté sur la touche. "Comme si j'étais au supermarché, j'ai des tomates de tous les types et je choisis. Je me tromperai sûrement au fil de la saison mais c'est ma décision", a prévenu samedi Luis Enrique, au risque de braquer certains grands noms de l'effectif. Pour l'instant, ses choix paient. L'ancien entraîneur du Barça B (2008-2011) a misé sur des jeunes issus de la formation catalane, comme Munir El Haddadi et Sandro Ramirez (19 ans). Les deux attaquants lui ont donné raison en marquant tour à tour leur premier but en Liga. "Ce que font Munir ou Sandro nous motive tous", a admis lundi l'attaquant international espagnol Pedro, piqué par cette concurrence émergente. Luis Enrique a certes disputé la Ligue des champions lorsqu'il était joueur du Barça (1996-2004) mais il n'a jamais entraîné en C1, puisque sa seule expérience européenne de technicien avait tourné court en 2011 avec l'AS Rome: élimination en barrage de l'Europa League contre le Slovan Bratislava (0-1, 1-1). Trois ans plus tard, le technicien dispose avec le Barça d'un effectif rompu à la Ligue des champions, à commencer par Lionel Messi. Le quadruple Ballon d'Or argentin avait conclu son Mondial sur la désillusion d'une finale perdue face à l'Allemagne (1-0 a.p.). Il a redémarré la saison pied au plancher avec deux buts et trois passes décisives en trois matches. C'est peut-être l'un des effets de l'arrivée de Luis Enrique, qui affiche une confiance inébranlable dans son N.10: "Il fait des choses que je n'ai jamais vues dans Olive et Tom (un dessin animé manga, ndlr) ni sur la (console de jeux) Playstation . C'est un privilège de l'avoir." Mieux: la connexion Messi-Neymar semble enfin porter ses fruits après une première saison polluée par leurs blessures respectives. "Il est facile que des joueurs de cette qualité s'entendent", a expliqué Luis Enrique, qui devra bientôt ajouter une troisième pièce à ce puzzle: l'Uruguayen Luis Suarez, dont la suspension pour morsure prendra fin le 24 octobre. jed/chc

(AFP)

Ton opinion