Actualisé 22.10.2019 à 13:28

CommentaireCouchepin, Reynard et le sens de l'histoire valaisanne

En appelant à voter pour le socialiste Mathias Reynard, l'ex conseiller fédéral du PLR provoque un tollé. Mais il est logique avec lui-même.

par
lematin.ch
Pour Pascal Couchepin, le libéral radical de Martigny, il est logique aujourd'hui de soutenir la meilleure solution pour mettre fin à l'hégémonie PDC au Conseil des Etats.

Pour Pascal Couchepin, le libéral radical de Martigny, il est logique aujourd'hui de soutenir la meilleure solution pour mettre fin à l'hégémonie PDC au Conseil des Etats.

Keystone

Beaucoup ont été surpris par la position de Pascal Couchepin lors de l’assemblée du PLR valaisan lundi soir. Tandis que le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) renonçait au second tour de l'élection au Conseil des Etats, l’ancien conseiller fédéral a appelé à soutenir le candidat socialiste Mathias Reynard (PS/VS) le 3 novembre prochain.

Antagonisme historique

Si cette prise de position suscite des réactions épidermiques à l’UDC ou au PDC, c’est normal, mais au sein même du PLR, l’appel du mentor de Martigny est perçu comme une hérésie. Pourtant Pascal Couchepin n’est pas devenu fou du jour au lendemain. Sa position s’inscrit dans le sens de l'histoire valaisanne. Elle s'inscrit dans l’antagonisme entre les forces radicales, libérales et socialistes, qui se sont battues durant des décennies contre l’hégémonie démocrate-chrétienne, et dont l'alliance a permis dans les années 90 de faire entrer un socialiste au Conseil d'Etat valaisan.

Retrait PLR logique

En 2019, le PDC ne fait plus que 35 % du corps électoral valaisan et veut toujours conserver 100% de la représentation à la Chambre des cantons. Le temps est venu de partager. Philippe Nantermod a fait sa campagne sur ce thème, mais il est arrivé loin derrière Mathias Reynard. Pour le candidat du PLR, il était donc logique de se retirer pour donner une chance au socialiste de réussir. L'histoire lui renverra peut-être l'ascenceur.

Le Valais romand en otage

La spécificité valaisanne fait que le Valais romand est toujours l’otage des voix conservatrices du Haut-Valais. Durant la dernière législature, le canton était représenté au Conseil des Etats par deux ultra conservateurs, Jean-René Fournier et Beat Rieder. Ces deux élus ne représentaient pas à Berne la diversité de la population valaisanne, de loin s'en faut. Aujourd'hui, sans l'apport des voix «noires» du Haut-Valais, la candidate du PDC du Valais romand serait parfaitement décrochée.

Liberté de vote

La mainmise du PDC sur le Conseil des Etats est le dernier héritage d’une époque lointaine, où le Valais romand subissait la domination épiscopale haut-valaisanne. C’est le moment de tourner cette si longue page... Mathias Reynard a montré lors du premier tour qu’il était le candidat pour passer l'épaule le 3 novembre. S'ils sont en phase avec leur histoire, les sympathisants du PLR doivent le soutenir en usant de la liberté de vote décrétée par leur parti.

Eric Felley

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!