Publié

FootballCoumba Sow: «Pas envie de nous lancer dans des calculs»

La joueuse du Paris FC est convaincue que l’équipe de Suisse a tout en main pour terminer en tête de son groupe. Le point avec elle avant le choc décisif de ce mardi en Belgique (20h).

par
Renaud Tschoumy

Extrait vidéo de l’interview Zoom réalisée avec Coumba Sow.

ASF/Sport-Center

À 26 ans, la Zurichoise Coumba Sow creuse de plus en plus son trou au sein de l’équipe de Suisse féminine de football. Joueuse de milieu de terrain, comme son cousin Djibril Sow (joueur de l’Eintracht Francfort, international suisse A lui aussi), elle a pris du galon depuis qu’elle est passée du FC Zurich au Paris FC, il y a un peu plus d’un an. Elle est surtout convaincue des qualités de la Suisse, qui joue sa qualification pour l’Euro 2022 anglais ce mardi soir (20h) à Louvain, en Belgique.

Le fait que la Suisse ait battu la Belgique en septembre dernier (2-1 à Thoune) n’est pas étranger à la confiance affichée par Coumba Sow. «Cette victoire nous a montré que nous étions capables de battre les Belges. Psychologiquement, cela peut représenter un avantage. Sans penser à nos adversaires, nous savons que nous avons les moyens de gagner.»

Grâce à cette victoire, la Suisse s’est mise dans une position très favorable. À un match de la fin – celui de ce mardi soir, donc – , elle possède un point d’avance sur la Belgique. Un nul lui suffira donc pour terminer en tête de son groupe et composter son billet pour l’Euro – tout en sachant que les trois meilleures deuxièmes seront également directement qualifiées, et que les six moins bonnes deuxièmes s’affronteront en barrages.

La situation dans le groupe H

DR

Mais Coumba Sow et ses coéquipières n’ont pas envie de jouer petit bras. «On sait que cela va être un match très intense. Les Belges sont d’excellentes joueuses, fortes physiquement et dans le jeu de tête. Mais au niveau collectif, je pense que nous sommes supérieures. Et puis, nous n’avons pas envie de nous lancer dans des calculs. Ce que l’on veut, c’est gagner. Comme ça, tout sera clair.»

Cinq ans aux «States»

Coumba Sow a une trajectoire atypique. Après avoir effectué ses classes juniors au SV Höngg, puis au FC Zurich, elle a été intégrée à la première équipe du FCZ à l’âge de 16 ans seulement. Mais à 17 ans, une maturité gymnasiale en poche, elle décidait d’aller tenter l’aventure américaine. Elle a ainsi porté le maillot du Monroe College pendant deux ans, puis celui d’Oklahoma State University.

«Une expérience très enrichissante, relève-t-elle. Ces quatre ans m’ont permis de nettement m’améliorer au niveau physique. Avant de partir, j’étais plutôt une joueuse technique – je le suis toujours. Mais aux États-Unis, j’ai appris à devoir lutter pour chaque ballon. Les joueuses, là-bas, sont très «costaud». Tout va très vite, et il faut savoir bien protéger son ballon pour pouvoir le conserver.»

Les États-Unis, un «truc de dingue»

Coumba Sow a surtout découvert une autre culture: «Là-bas, les études et la pratique du sport sont intimement liées. Il y a un engouement fou autour des matches! Il m’est arrivé de jouer devant 3000 à 4000 spectateurs, et tout le monde porte les mêmes couleurs en ville. C’est vraiment un truc de dingue (sic!), difficile à décrire tellement c’était différent de ce que j’avais connu auparavant.»

Mais en 2018, Coumba Sow a choisi de revenir en Europe. Dans «son» FC Zurich pour un an, puis au Paris FC à l’été 2019. «J’avais fini mes études aux États-Unis (ndlr: un bachelor en économie) et j’ai senti que c’était le moment de revenir. Le foot féminin s’était développé en Europe, et j’avais envie de retrouver un football un peu plus technique.»

Grand bien lui a pris. Le 13 novembre 2018, elle fêtait sa première sélection en équipe A face aux Pays-Bas. Elle affiche désormais 10 sélections à son compteur (2 buts). Sa onzième cape, ce mardi soir à Louvain, lui permettra-t-elle de célébrer une qualification pour l’Euro 2020?

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Henchoz démission

01.12.2020 à 18:11

Allez la Suisse !

Antonio

01.12.2020 à 16:43

Bon ont passe à autre chose

Dirf

01.12.2020 à 16:41

Quoi de plus ennuyant que le football des gonzesses!