Publié

Cannes insideCoup de foudre pour «Les amants du Texas»

Présenté dans le cadre de «La semaine de la critique», le film de David Lowery s'impose comme un fiévreux mélodrame, romantique et violent, qu'on souhaite aux spectateurs romands de bientôt découvrir dans leurs salles.

par
Jean-Philippe Bernard
Ce film est porté par l'exceptionnel Casey Affleck (le frère de Ben).

Ce film est porté par l'exceptionnel Casey Affleck (le frère de Ben).

Vincenzo Pinto, AFP

Une certitude: ce film-là n'aura pas la Palme et ses fabuleux interprètes ne seront pas récompensés par Steven Spielberg. Normal, "Ain't Them Bodies Saints" ("Les Amants du Texas") est uniquement visible dans le cadre de l'intéressante "Semaine de la critique". N'empêche, l'ouvrage qu'on vient de découvrir voici quelques heures dans une salle vétuste mais bondée située derrière la Croisette est une vraie merveille. Un authentique coup de cœur plutôt qu'un brusque coup de tête.

L'histoire est celle d'un jeune type qui s'évade du pénitencier pour rejoindre sa bien-aimée et leur fillette dans un bled du Texas écrasé par la chaleur et l'ennui. Le gars, éperdu d'amour, est bien décidé à reprendre le cours de sa vie de famille mais des cowboys armés de fusils à pompe ne partagent pas sa vision de l'avenir.

Lorgnant vers "La Ballade Sauvage" de Terrence Malick , ce film au ton unique signé par le jeune David Lowery est porté par les exceptionnels Casey Affleck (le frère de Ben) et Roney Mara ("Millenium" de David Fincher) Et sur la toile blanche, il déboule hors des sentiers battus pour toucher aux tripes. Beau comme une chanson triste de Johnny Cash, fort comme un verre de Southern Comfort dégusté sur les bords du Mississippi, une nuit de canicule.

Votre opinion