Publié

Open d'AustralieCoup de tonnerre: Djokovic prend la porte!

Le Serbe s'est incliné au 2e tour devant un quasi inconnu, l'Ouzbek Denis Istomin, après un marathon en cinq sets.

1 / 64
Roger Federer lors de la traditionnelle séance de photos du vainqueur dans un des jardins de Melbourne. (Lundi 30 janvier 2016)

Roger Federer lors de la traditionnelle séance de photos du vainqueur dans un des jardins de Melbourne. (Lundi 30 janvier 2016)

«Ce n'est que ce matin que j'ai réalisé que ce n'était pas qu'un rêve», explique Roger Federer. (Lundi 30 janvier 2016)

«Ce n'est que ce matin que j'ai réalisé que ce n'était pas qu'un rêve», explique Roger Federer. (Lundi 30 janvier 2016)

Les fans de Roger sont bien présents. (Lundi 30 janvier 2016)

Les fans de Roger sont bien présents. (Lundi 30 janvier 2016)

Rien ne va plus pour Novak Djokovic ! Détrôné l'automne dernier par Andy Murray, le Serbe a déjà perdu sa couronne en Australie. Titré à six reprises à Melbourne, Novak Djokovic s'est incliné au deuxième tour devant Denis Istomin. 117e mondial, l'Ouzbek s'est imposé 7-6 5-7 2-6 7-6 6-4 après un marathon de 4h48'.

Au bénéfice d'une wild card grâce à la politique d'ouverture des organisateurs envers le tennis asiatique, Istomin n'a rien volé. Avec ses 17 aces, ses 63 coups gagnants et une maîtrise nerveuse étonnante, il a cueilli une victoire amplement méritée. A 30 ans, il signe le plus grand exploit d'une carrière qui épousait pourtant depuis des mois un mauvais trend.

Becker avait raison

Pour Novak Djokovic, cette élimination sanctionne des mois d'errance. Le titre remporté il y douze jours à Doha face à Andy Murray n'était qu'un leurre. Il a payé à Melbourne Park au prix fort ses errances qui ont suivi la conquête de Roland-Garros. Son ancien coach Boris Becker avait émis des réserves quant à son application à l'entraînement. Cette défaite donne raison à l'Allemand qui a été remercié durant l'intersaison.

Même s'il a mené deux manches à une, Novak Djokovic n'a jamais eu la mainmise sur ce match. Il a dû, ainsi, écarter deux balles de deux manches à rien à 7-6 5-4 15-40 sur son service. Dans la dernière manche, il n'a pas bénéficié de la moindre ouverture face à un adversaire qui a, il est vrai, été crédité d'un pourcentage de 76 % en première balle.

Denis Istomin signait le seul break de la manche au cinquième jeu pour conclure presque tranquillement sur un ultime service gagnant. Sa mère Klaudiya qui est son coach pouvait alors verser une petite larme.

«Il n'y avait pas grand chose à faire»

«Denis Istomin a été le meilleur dans les moments importants du match. Il a pu compter sur son service lorsque les circonstances le demandaient», a déclaré Djokovic à l'issue du match. «Même si je n'étais pas dans un grand jour, il n'y avait pas grand chose à faire pour moi. Tout est allé dans le bon sens pour lui. Aujourd'hui, ce match souligne bien que rien n'est impossible dans le tennis. Je tiens à rappeler que je ne sous-estime jamais un adversaire. Je les respecte tous.»

Novak Djokovic a regretté son manque de discernement au début du quatrième set. «A cet instant du match, j'aurais pu, j'aurais dû, prendre le large, avoue-t-il. Après, Denis a vraiment très bien joué.»

A chaud, le no 2 mondial n'a pas voulu entrer dans le débat sur les conséquences de sa victoire à Roland-Garros au printemps dernier. Il avait obtenu à Paris le seul grand titre qui manquait à son palmarès avant d'accuser le contrecoup de cet exploit. «Ce n'est pas le moment de se livrer à une introspection», lâche-t-il. Mais elle sera impérative s'il entend retrouver le rang qui était le sien.

(ats/jsa)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!