Publié

rugbyCoupe d'Europe - Glasgow se rêve en surprise (MAGAZINE)

Glasgow, anonyme de la Coupe d'Europe depuis une quinzaine d'années mais actuellement leader de la Ligue Celtique, assure avoir progressé et rêve de surprendre avant un périlleux déplacement inaugural chez le champion en titre Toulon dimanche dans la poule 4.

Dirigés par l'ancien ouvreur international Gregor Townsend, les Ecossais caracolent en tête de leur championnat devant le Munster et les Ospreys, seule équipe invaincue avec cinq victoires en autant de matches dont une (12-6) contre ce maudit Leinster - certes avec une équipe pas au complet - qui les avait éliminés en demi-finale ces deux dernières années. Un argument qui suffit à les faire rêver d'un parcours européen semblable à celui de leurs voisins d'Edimbourg, qui avaient accédé aux demi-finales en 2011-12 en sortant notamment les quadruples vainqueurs de Toulouse en quarts (19-14). "L'objectif, c'est d'abord de sortir des poules. Ensuite, tout est possible. Je crois qu'on a les joueurs pour progresser mais il faut être constant pendant 80 minutes", estime Gregor Townsend, qui a pris les rênes de l'équipe l'an dernier. "Je crois en cette équipe. Elle est capable de faire quelque chose de spécial. On a particulièrement bien joué contre le Leinster, surtout les avants", souligne l'ancien ouvreur aux 82 sélections entre 1993 et 2003 (et retenu deux fois avec les Lions britanniques et irlandais). Alliage de jeunes talents (Hogg, Dunbar, Bennett, Weir, Maitland, Jackson...), d'internationaux expérimentés (Kellock, Cusiter, S. Lamont, Hall...) et d'une poignée d'étrangers (l'Anglais Cusack, le Canadien DTH van der Merwe, les Sud-Africains Holmes et Strauss), les Warriors, après une année de rodage, n'espèrent ni plus ni moins que s'offrir le premier quart de finale de leur histoire. En 1997-98, ils avaient atteint les barrages d'accession aux quarts mais s'étaient inclinés contre Leicester dans leur plus lourde défaite européenne (90-19). L'entraîneur de l'équipe d'Ecosse Scott Johnson n'a pas manqué de remarquer la jeune génération de Glasgow durant la dernière tournée d'été. "Des jeunes se sont montrés, notamment à des postes où nous ne sommes pas forts. Mark Bennett (20 ans, ndlr) est en excellente forme. C'est également agréable de voir que Dunbar (23 ans) a retrouvé son jeu au pied", se félicitait-il, en référence à la paire de centres de Glasgow. Avant d'aller défier le tenant du titre, le plan de Townsend semble fonctionner. Avec 36 joueurs déjà utilisés, les Warriors arrivent frais. Ses éléments constituent un des viviers du XV du Chardon et se connaissent donc parfaitement. Et trois des quatre Ecossais retenus cet été avec les Lions étaient issus de leurs rangs (Hogg, Maitland, Grant). L'équipe vient également d'enregistrer les retours de blessure de leurs demi de mêlée Chris Cusiter (31 ans, 62 sélections) et d'ouverture Duncan Weir (22 ans, 5 sél.). Elle a en revanche vu son talentueux arrière Stuart Hogg, révélation du Tournoi des six nations 2012, se faire opérer d'un poignet cette semaine. Si sa jeunesse globale en fait une équipe joueuse, elle n'a pourtant paradoxalement pas réussi de véritable "carton" contre ses adversaires. Huit clubs sur les douze de la Ligue celtique possèdent même une meilleure attaque qu'elle, qui n'a inscrit que 88 points. Mais, plus étonnant pour une équipe écossaise, elle brille par sa défense: elle est la meilleure défense de son championnat (62 points et deux essais encaissés) et a montré une vraie capacité à tenir l'avantage quand le match est serré, comme lors de sa victoire en Ulster (13-12). Et cela pourrait bien lui être utile pour voyager loin sur le continent. cd/sva/cle

(AFP)

Ton opinion