Publié

rugbyCoupe d'Europe - Northampton: Wood dans une nouvelle dimension (MAGAZINE)

Par Colin DRONIOU LONDRES, 10 oct 2013 (AFP) - Le troisième ligne de Northampton Tom Wood retrouve samedi (16h40) Castres, le meilleur ennemi des Saints en Coupe d'Europe, avec l'ambition d'éprouver son changement de stature initié cet été avec le capitanat du XV de la Rose.

Castres-Northampton, c'est désormais un classique de l'épreuve continentale, puisque les deux clubs sont versés dans la même poule pour la quatrième année consécutive ! Et Tom Wood n'en a pas raté une miette, étant des six précédentes confrontations qui se sont soldées par quatre victoires des Saints. Cette saison, l'objectif pour les Saints sera d'évacuer les déceptions de l'exercice précédent, marqué par une sortie de piste prématurée en Coupe d'Europe puis une défaite en finale du Championnat d'Angleterre. Northampton, actuellement 2e en Angleterre après 5 journées, est toutefois reparti du bon pied avant le 7e épisode du duel contre le CO, à Pierre-Antoine. Les Saints de Wood ont montré qu'ils s'exportaient bien avec une victoire chez les Harlequins et un nul arraché dimanche dernier sur le terrain de Leicester (19-19), son bourreau en finale du dernier Championnat. Finalistes européens en 2011, les Saints espèrent maintenant toucher les dividendes du bel été international de leur emblématique flanker pour réitérer leur épopée. Chris Robshaw parti en Australie avec les Lions, Wood a en effet été honoré du capitanat pour la tournée en Amérique du Sud, confirmant son changement de statut. "A la fin de la tournée, le sélectionneur m'a dit que j'avais du crédit comme joueur et comme capitaine", se félicitait d'ailleurs le 3e ligne mi-septembre dans le Daily Telegraph. Une expérience réussie, à tel point que Stuart Lancaster a annoncé qu'il attendrait jusqu'au 21 octobre et la fin des deux week-ends européens pour décider qui obtiendrait le statut pour les test-matches de novembre. A Wood de s'illustrer donc, sur ses points forts: son endurance, son influence dans le jeu courant et en touche, un secteur où les Castrais sont réputés. Afin d'enfin faire coïncider sa réussite personnelle avec celle de son équipe. Désigné meilleur joueur du Championnat quelques mois après avoir fait des débuts remarqués avec l'Angleterre dans le Tournoi des Six nations en 2011, le natif de Coventry, arrivé à Northampton en janvier 2010 en provenance de Worcester, avait vu stoppée net son ascension en raison d'une longue blessure à un pied. La saison dernière, c'est son équipe qui a flanché à son tour en se faisant sortir dès les poules de la Coupe d'Europe. Lui était désigné "homme du match" en novembre lors du superbe succès à Twickenham face aux All Blacks (38-21) puis s'imposait comme titulaire indiscutable en troisième ligne lors du Tournoi 2013. "Cette saison, c'est différent, je n'ai plus la blessure en tête, reconnaissait-il encore. Je dois toujours porter des chaussures spéciales mais je peux changer de direction et être libre dans les courses. Il y a un an, je poussais mal en mêlée, je cherchais à protéger mon pied". En paix avec son corps, en passe d'atteindre la plénitude à 26 ans du haut de ses 20 capes, Wood a désormais tout pour être aussi influent avec sa sélection que dans son club. Car s'il est barré pour le capitanat chez les Saints par le charismatique mais controversé talonneur Dylan Hartley, ce défenseur acharné est en effet un leader par l'exemple dont le parcours reflète le caractère de combattant. Il était ainsi parti huit mois en Nouvelle-Zélande pour jouer avec un club amateur -North Otago - il y a quelques années alors qu'il n'était pas encore pro. "Je voulais casser le moule, me confronter à la réalité", expliquait-il à son retour, après avoir travaillé dans des fermes ou des épiceries pour subvenir à ses besoins. Un temps lointain qui a toutefois façonné l'homme et le joueur redouté d'aujourd'hui. cd/chc

(AFP)

Votre opinion