05.05.2013 à 10:43

VoileCoupe de l'America - La fièvre monte à San Francisco (PAPIER D'ANGLE)

Par Hervé GUILBAUD PARIS, 05 mai 2013 (AFP) - Le compte à rebours est lancé à San Francisco où les régates de la 34e Coupe de l'America, apothéose de la voile de compétition et plus vieux trophée sportif au monde, débuteront dans deux mois, augurant d'un été somptueux dans l'une des plus belles baies de la planète.

La "Cup", c'est le summum de la voile, le Graal dont rêvent tous les coureurs, un mythe qui fait fantasmer depuis la victoire de la goélette America lors d'une régate autour de l'île de Wight contre la fine fleur du yachting britannique, en 1851. La Coupe de l'America, c'est du sport, de la haute technologie, de la démesure, de l'espionnage. Et, surtout, des budgets colossaux. L'aiguière d'argent rend fou et nombre de milliardaires -de Sir Thomas Lipton à Ernesto Bertarelli en passant par le baron Bich- ont failli perdre leur chemise en tentant de conquérir le pichet un peu kitch sur lequel sont gravés les noms des vainqueurs. La 34e Coupe ne fera pas exception à la règle. Elle opposera, du 7 au 21 septembre, le détenteur du trophée -l'équipe américaine Oracle Racing USA- au meilleur des trois challengeurs -les Néo-Zélandais de Emirates Team New Zealand, les Italiens de Luna Rossa Challenge et les Suédois d'Artemis Racing- qui vont s'affronter dès le 7 juillet et jusqu'au 30 août dans le cadre de la Coupe Louis Vuitton. Jusqu'à cette année et à l'exception de deux éditions atypiques -1988 (victoire du catamaran américain Stars and Stripes sur le grand monocoque néo-zélandais KZ1) et 2010 (victoire du trimaran américain USA 17 d'Oracle sur le catamaran suisse d'Alinghi)- la "Cup" s'est toujours courue sur des monocoques. Beaux mais lourds et lents, ils ont été remplacés, au grand dam des puristes, par des catamarans de 22 m surpuissants à aile rigide, les AC72, capables de voler au-dessus de l'eau à plus de 40 noeuds (75 km/heure). Des sommes énormes ont été dépensées -entre 60 et 100 millions d'euros, selon les estimations- pour concevoir, construire et mettre au point ces extraordinaires araignées d'eau, hybrides d'avions et de voiliers menés par des équipages de 11 personnes. Le coup d'envoi des régates sera donné le 4 juillet, jour de la fête nationale aux Etats-Unis, et une course en flotte hors concours aura lieu le lendemain entre le "defender" Oracle et ses trois challengers. La Coupe Louis Vuitton commencera elle le 7 juillet avec un premier duel entre Emirates Team New Zealand et Luna Rossa Challenge. Les round robins des éliminatoires sont programmés du 7 juillet au 4 août, avec 1 point par victoire, le premier étant directement qualifié en finale. La demi finale entre les deux autres bateaux, en sept manches maximum, est prévue du 6 au 14 août. La première équipe qui marquera quatre points sera qualifiée pour la finale. La finale des éliminatoires, en 13 manches maximum, se disputera du 17 au 30 août. La première équipe qui marquera sept points remportera l'épreuve. La finale de la Coupe de l'America se disputera du 7 au 21 septembre, entre le challengeur vainqueur de la Coupe Louis Vuitton et l'AC72 d'Oracle Team USA, représentant le Golden Gate Yacht Club. La "Cup" se jouera en 17 manches maximum et la première équipe qui remportera neuf duels aura gagné l'aiguière la plus célèbre au monde. A deux mois des premiers affrontements, il est difficile de pronostiquer qui l'emportera, chaque équipe jouant habilement du secret et de l'intox. Mais sur la foi des images prises à l'entraînement, Oracle Racing USA et Emirates Team New Zealand sont peut-être un cran au-dessus de leurs rivaux: leurs AC72 décollent facilement sur leurs foils (plans porteurs) et volent de façon stable. Mais le chavirage du premier AC72 d'Oracle, en octobre, montre que le pilotage de ces engins est délicat et qu'ils peuvent aisément se mettre sur le toit. Rien n'est donc joué et celui qui l'emportera sera peut-être celui qui n'aura pas cassé... heg/ol/dac

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!