Publié

VoileCoupe de l'America - Les Kiwis survolent la Coupe Louis-Vuitton (ANALYSE)

Par Hervé GUILBAUD PARIS, 25 juil 2013 (AFP) - Les Néo-Zélandais dominent outrageusement la Coupe Louis-Vuitton (éliminatoires des challengers de la Coupe de l'America), humiliant leurs adversaires italiens à chaque régate et se posant d'ores et déjà en rivaux redoutables pour les détenteurs américains de la "Cup".

Cinq minutes et 23 secondes d'écart le 13 juillet entre les Kiwis d'Emirates Team New Zealand (ETNZ) et les Italiens de Luna Rossa à l'issue d'un duel de 43 min 52 sec... 7 min 14 sec le 23 à la fin d'une régate de 46 min 53 sec... Le 21, c'était un peu mieux pour Luna Rossa: 2 min 19 sec derrière ETNZ, qui avait bouclé le parcours en 48 min 10 sec. Et encore... Ce jour-là, les Kiwis avaient été victimes d'une avarie mécanique, une drisse de foc cassée, qui les avait quand même un peu retardés! Impossible de dire si Artemis sera plus performant que Luna Rossa. Le deuxième bateau de l'équipe suédoise a tiré ses premiers bords mercredi et ne régatera sans doute pas avant le début des demi-finales des challengers, à partir du 6 août. Surnommé Big Blue (Grand Bleu), le nouveau catamaran d'Artemis remplace celui qui a été détruit le 9 mai lors d'un chavirage qui a coûté la vie à l'un de ses équipiers, le Britannique Andrew Simpson. Compte tenu du temps nécessaire pour mettre au point ces catamarans de 22 mètres menés par 11 équipiers, il est peu probable qu'Artemis constitue une menace pour Aotearoa (nom de baptême d'ETNZ, en référence à l'appellation maorie de la Nouvelle-Zélande). Car, tout le monde en convient, les Kiwis sont sur une autre planète. Ceux qui ont eu la chance de les voir naviguer en baie de San Francisco témoignent de manoeuvres fluides et exécutées à la perfection, d'un bateau parfaitement au point, de départs d'anthologie... Cerise sur la gâteau, le catamaran rouge et noir a atteint le 18 juillet la vitesse de 44,15 noeuds (81,76 km/h), record absolu pour un AC72. "Les Kiwis sont un cran au-dessus" Les Néo-Zélandais totalisent 7 points au classement général et sont désormais intouchables. En remportant les "round robins", ils ont obtenu le droit de choisir entre accéder directement à la finale de la Coupe Louis-Vuitton (17-30 août) ou sélectionner leur adversaire en demi-finales (6-15 août). Jeudi matin (heure GMT), l'équipe n'avait pas dit ce qu'elle voulait faire. "Nous savons que nous sommes capables de faire mieux", a expliqué Dean Barker après la victoire de mardi sur Luna Rossa. "Nous donnons le meilleur de nous-mêmes lors de chaque sortie. Il ne s'agit pas de prendre les commandes puis de simplement les garder. Notre objectif se situe bien au-delà de nos performances actuelles. Beaucoup de points peuvent être encore optimisés au niveau du bateau et de la gestion de notre équipe". La modestie du propos est de nature à en décourager plus d'un... "Nous avons tellement à travailler", a reconnu le Finniste britannique Giles Scott, équipier à bord de Luna Rossa: "Bien que le delta (écart entre les deux bateaux à l'arrivée, ndlr) soit ce qu'il est, nous progressons toujours. Mais il nous reste encore beaucoup à apprendre pour être au niveau. Nous ne pouvons pas le nier, les Kiwis sont un cran au-dessus". Les Américains d'Oracle Team USA, détenteurs depuis 2010 du plus vieux trophée sportif au monde (1851), peuvent se faire du souci. L'affrontement tant attendu n'aura lieu qu'en septembre (du 7 au 21), et en attendant les deux AC72 du Golden Gate Yacht Club s'entraînent sans relâche, y compris sur le parcours où aura lieu le duel tant attendu avec les Kiwis. heg/gf/gv

(AFP)

Votre opinion