Publié

VoileCoupe de l'America - Oracle, battu dans la 5e course, renonce à la 6e (COMPTE RENDU,ACTUALISATION)

Par Hervé GUILBAUD SAN FRANCISCO, 10 sept 2013 (AFP) - Le "defender" américain Oracle Team USA a jeté l'éponge, mardi, renonçant à courir la seconde régate de la journée après avoir été humilié par son challenger néo-zélandais Emirates Team New Zealand (ETNZ) dans la première.

Les Américains ont invoqué le joker auquel chaque équipe a droit pendant la compétition et la course a été purement et simplement annulée, personne ne marquant de point. Oracle Team USA (OTUSA) n'a pas précisé la raison de cette décision, véritable coup de théâtre accueilli par des huées de la part des spectateurs à terre et qui intervient après une sévère défaite dans la première (et seule) régate de la journée, gagnée haut la main (écart de 1 min 05 sec à l'arrivée) par les Néo-Zélandais. C'est "une décision collective", a sobrement déclaré le skipper australien d'OTUSA Jimmy Spithill, après s'être entretenu avec le directeur néo-zélandais du défi américain, Russell Coutts. "Nous avons besoin de nous regrouper, d'examiner sérieusement le bateau", a-t-il ajouté en conférence de presse. Le score reste donc de 4 à 1 en faveur des Néo-Zélandais, qui ne sont plus désormais qu'à cinq victoires d'un succès dans la 34e Coupe de l'America. Sanctionné pour avoir triché en 2012 dans des courses (America's Cup World Series/ACWS) préparant à celles de la Coupe de l'America, OTUSA doit remporter 11 régates pour conserver le trophée remporté en février 2010 à Valence (Espagne), deux de plus que ETNZ (9). La quatrième victoire néo-zélandaise a été acquise, mardi, dans le bord de près du parcours, le catamaran AC72 (22 m de long) des Américains, virant la 3e bouée 1 min et 17 sec derrière celui des Néo-Zélandais, un écart énorme, impossible à rattraper. Les choses avaient pourtant bien commencé pour OTUSA, avec un passage canon de la première bouée, 4 secondes devant Dean Barker et ses hommes. A la deuxième porte, les Américains étaient toujours devant (8 sec). La régate, disputée dans un vent de sud-ouest d'une vingtaine de noeuds (37 km/h), s'est jouée à ce moment-là, l'AC72 américain choisissant de partir immédiatement sur la droite du plan d'eau, cassant brutalement sa vitesse en enroulant la bouée trop vite. Une faute que n'a pas commise ETNZ, qui déboulait plein pot dans son sillage et a gardé son erre plus longtemps avant de virer. "C'était une erreur, a reconnu Spithill. Il est clair que nous étions en mauvaise posture après cette deuxième bouée". Sur le bord suivant, couru contre le vent et un courant de marée montante d'environ 1,9 noeud (3,5 km/h), l'AC72 néo-zélandais a une nouvelle fois prouvé qu'il était le plus rapide au près, grignotant peu à peu l'avance des Américains. A la 3e bouée, la course était pliée et OTUSA encaissait la plus sévère défaite depuis le début de la finale, le 7 septembre. "Ce n'est pas la fin de la compétition", a souligné Spithill, affirmant que son équipage n'était pas plus affecté que cela. "Il nous reste heureusement plein de courses à courir". Les choix tactiques des Américains n'ayant pas été irréprochables jusqu'ici, des changements ne sont pas impossibles dans la cellule arrière d'OTUSA. Et selon certaines sources, la position du tacticien John Kostecki -qui dispute sa 6e Coupe de l'America (dont une victoire, en 2010)- serait menacée. Interrogé sur ce point précis, Spithill a refusé de répondre, insistant sur le fait que la priorité de l'équipe était de faire avancer le bateau plus vite. La 6e course aura lieu jeudi, mercredi étant jour de repos. heg/abl

(AFP)

Ton opinion