Voile – Coupe du monde à Grandson et Genève
Publié

VoileCoupe du monde à Grandson et Genève

La Star Sailors League prépare sa Gold Cup. Il s’agit d’une Coupe du monde qui prendra le départ à Grandson et Genève en 2022. L’événement test s’est terminé dimanche.

par
Rebecca Garcia
L’équipe de Suisse lors des tests réalisés sur le lac de Neuchâtel, au mois d’octobre.

L’équipe de Suisse lors des tests réalisés sur le lac de Neuchâtel, au mois d’octobre.

Live stream, SSL Gold Cup.

Tous dans le même bateau, peu importe ce qu’ils dirigent habituellement: la Star Sailors League met au point son propre Mondial. À la différence de compétitions durant lesquelles le skipper choisit ses coéquipiers, ce sont ici les classements établis par la SSL qui composent l’équipage. Ce sont les mieux classés qui y participent, mais ils peuvent provenir de différentes catégories», explique la porte-parole de la SSL

Le classement actuel.

Le classement actuel.

SSL

Cinq membres d’équipage sont les mieux classés de leur pays. Cinq autres sont choisis par le capitaine. «Il peut ainsi décider en fonction des forces et faiblesses», précise encore la porte-parole. Tout a été soigneusement étudié pour créer une compétition attirante pour le public. Du côté des navigateurs, un vent d’optimisme souffle. «Il y a des personnes que je connais mais avec qui je n’ai jamais navigué», confie Mateusz Kusznierewicz, le capitaine polonais. «Peu importe le bateau duquel on vient, on apprend tous quelque chose en venant ici.» Il voit arriver la nouvelle compétition d’un bon œil, même s’il s’agit d’une de plus dans le calendrier. Arrive-t-il encore à ce que rien ne se chevauche? «C’est compliqué, mais réalisable», confirme-t-il, sourire aux lèvres.

Son équipage a tout intérêt à se connaître rapidement pour manier les SSL47 mis à disposition par l’organisateur.

QG: Grandson

À côté du capitaine polonais, la sélection espagnole a pris possession du «bordu» de Grandson. Une heure auparavant, c’est l’équipe du Pérou qui s’entraînait sur la pelouse proche du restaurant des Quais. «Ils s’occupent vu que la régate est retardée», rigole la porte-parole de la SSL, qui nous mène ensuite dans le quartier général de la ligue.Le bâtiment ne paye pas de mine, mais c’est bien depuis là que les opérations seront dirigées. La SSL possède la bâtisse et entend bien en profiter pour sa compétition d’envergure. Plus de 50 nations seront présentes, il faut donc y aller très fort, dès le début.

Une salle destinée à la production et à la réalisation trône dans les étages supérieurs, à quelques pas de l’espace des commentateurs. Il faut pour y arriver monter un escalier un peu vétuste. La régie comprend tout ce qu’il faut pour créer du contenu intéressant.

La régie est encore en rodage.

La régie est encore en rodage.

DR

Du fait maison

Les écrans de contrôle montrent les signaux des différentes caméras installées sur les embarcations. «L’avantage? Il s’agit de nos bateaux, donc si on veut faire des trous pour installer quelque chose, on le fait», explique Sébastien. L’homme en charge de la production présente les différents postes: mixage son, incrustation d’éléments à l’écran puis de l’autre côté de la pièce: les monteurs vidéo qui produisent interviews et temps forts.L’heure était aux tests. Les hymnes nationaux se chantent-ils sur les bateaux, ou faut-il le filmer au préalable? Comment gérer l’eau et les potentiels problèmes qui en découlent? Chaque détail compte dans les préparatifs. L’équipe technique tente pour l’heure tous les scénarios possibles, et fera ses choix finaux avant le lancement de l’événement en 2022.

Le virtuel, mais surtout le physique

La partie en ligne étant couverte, ce sont aussi les rives du lac de Neuchâtel qui devraient être abordées par les curieux. «Nous aimerions mettre en place des écrans et créer des sortes de villages, comme pour une Coupe du monde de football», confie la porte-parole.

Mateusz Kusznierewicz en a déjà fait l’expérience: la voile attise la curiosité. Pendant un des tests, il a croisé une famille grandsonnoise. Il l’a invitée sur le bateau, pour que les enfants voient à quoi cela ressemble. «Quand ils sont descendus, un des gamins demandait à son père s’il pouvait l’inscrire!» sourit-il. La première édition de la Gold Cup devrait donc amener des équipages de nombreux pays à visiter Grandson et Genève, respectivement pour les phases qualificatives et finales.

Plus tard, il n’est toutefois pas exclu que l’événement s’exporte et aille toucher d’autres pays. Même si la porte-parole de la SSL reconnaît avec humour une certaine supériorité du lac de Neuchâtel sur les autres. «On a pu naviguer durant tous les jours prévus pour les tests», rappelle-t-elle.

Votre opinion