Actualisé

Crise de la detteCoups de matraque à Madrid et policiers blessés en Italie

Un policier a été grièvement blessé mercredi à Turin et cinq autres plus légèrement à Milan dans des heurts avec des manifestants. En Espagne, la police a dispersé violemment un rassemblement à Madrid.

1 / 48
Débordements au centre de Madrid.

Débordements au centre de Madrid.

Reuters
Manifestants à Madrid.

Manifestants à Madrid.

AFP
Madrid.

Madrid.

Reuters

La police a dispersé à coups de matraque et en tirant en l'air des balles en caoutchouc des manifestants qui s'étaient rassemblés dans le centre de Madrid mercredi lors de la journée de grève générale contre l'austérité.

Ces affrontements ont éclaté lorsque des centaines de manifestants se sont heurtés à un cordon de policiers anti-émeute qui leur bloquait l'accès à la place de Cibeles, en plein centre de la capitale espagnole.

Grève de 4 heures en Italie

En Italie, une grève de quatre heures et des manifestations se déroulaient mercredi dans toute l'Italie à l'appel de la principale confédération syndicale, la CGIL (gauche), dans le cadre de la journée européenne contre l'austérité, marquée par des heurts à Milan et Turin.Dans ces deux villes du nord du pays, des milliers de personnes ont pris part à des manifestations et cortèges, selon des sources syndicales.

Un policier a été grièvement blessé à Turin et cinq autres plus légèrement à Milan dans des heurts en marge des manifestations. Les affrontements les plus sérieux ont eu lieu à Turin, devant le siège du département, où des autonomes ont roué de coups un policier, brisant son casque et lui cassant un bras.

Le groupe d'autonomes a ensuite fait irruption au siège du département où les manifestants ont hissé le drapeau des militants anti-TAV, le TGV Lyon-Turin.

Gare de Porta Genova à Milan

A Milan, les affrontements se sont produits surtout dans la zone de la gare de Porta Genova où des étudiants ont lancé des pierres et bouteilles sur les forces de l'ordre qui tentaient de les en déloger.

A Naples, quelques 300 étudiants ont occupé provisoirement plusieurs quais de la gare centrale et fait exploser des pétards et brûler des fumigènes, en criant: "occupons la ville", "ne touchez pas à notre avenir".

A Rome, un millier de personnes ont pris part à un cortège qui a traversé des rues du centre-ville et doit terminer son parcours sur une petite place. Un petit groupe d'étudiants a tenté de briser le cordon de police en lançant des pierres pour rejoindre le siège du gouvernement.

"L'Europe se réveille aujourd'hui, de Rome à Madrid et Athènes", a dit Mario Nobile, un étudiant de 23 ans. "Les PIG se rebellent", a-t-il ajouté, en allusion à l'acronyme utilisé pour les économies des pays plus affectées de l'Eurozone.

Milliers de salariés dans la rue en France

En France, plusieurs milliers de salariés français sont descendus dans la rue mercredi, dans le cadre d'une journée de mobilisation européenne qui se veut un avertissement contre les politiques d'austérité en Europe qu'ils jugent "dangereuses".

Relayant l'appel de la Confédération européenne des syndicats, cinq organisations françaises - CGT, CFDT, FSU, Solidaires, Unsa - ont organisé des manifestations partout en France "pour l'emploi, la solidarité en Europe et contre l'austérité", mot d'ordre fédérateur de toutes les banderoles.

En France, sans appel national à la grève, 130 défilés ont été organisés dans tout le pays, selon la CGT. Il s'agit de la première mobilisation unitaire CGT/CFDT depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir.

IAnnulation de vols pour l'Espagne et le Portugal

Ton opinion